CREAM : « FAREWELL TOUR, OAKLAND COLISEUM » 04/10/1968

1968, deux grands groupes sont en tournée, deux trios, deux immenses guitaristes, l’un à l’aube de sa carrière, le Jimi Hendrix Experience, l’autre, au sommet de son art, mais sur sa tournée d’adieux, Cream. Avec le temps, même si leur existence fut courte, des fissures apparaissent au sein de Cream. Trois fortes personnalités coexistant ensemble, à force, ça ne peut faire que des étincelles, et pas seulement sur scène. Au bout d’un moment on en fini par ne plus pouvoir se supporter, surtout quand on passe ses jours en tournée. Les trois musiciens, Eric Clapton, Jack Bruce et Ginger Baker, sentent qu’ils sont arrivés en bout de course, ils sont proches de la dépression. Depuis leur début en 1966, chacun de leurs albums est disque d’Or, et tous leurs concerts se jouent à guichets fermés. La renommée du groupe est immense et internationale.

C’est un poids très lourd à porter, il faut avoir les nerfs solides, et garder la tête sur les épaules. De plus, chaque concert accroit la renommée du groupe, c’est un cercle vicieux, Clapton n’en peut plus. Les conflits d’égo entre Ginger Baker et lui, ne peuvent que mal finir. Il est donc décidé d’arrêter le groupe, après une dernière tournée qui porte bien son nom, le « Farewell Tour », la tournée d’adieux. Celle ci débute le 04 octobre 1968, à l’Alameda County Coliseum Arena d’Oakland en Californie. Deux autres groupes partagent l’affiche avec les Cream, « It’s A Beautiful Day » et « The Collectors ». Les trois musiciens ne se sont pas revus, ni donc joués ensemble depuis quatre mois, ils ont profité de l’après midi pour répéter, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les retrouvailles n’ont pas été très chaleureuses. Mais ce soir est important, c’est le lancement du « Farewell Tour », et tout ce doit d’être parfaitement en place,

tout au long d’un concert qui va durer une heure, et qui commence avec le hit de « Wheels of Fire » « White Room » chanté par Jack Bruce. La guitare wah-wha de Clapton tisse des dentelles sur le morceau, basse et batterie forment une section rythmique de combat, sur laquelle Clapton peut compter, comme durant son chorus final.

L’accompagnement basse, batterie est gigantesque, chacun des musiciens joue sa partie, comme en solo, et pourtant tout est en place, tout fonctionne parfaitement bien, chacune des trois parties se complètent à merveille. « Politician » toujours extrait de « Wheels Of Fire », est la version que l’on entend sur le « Live Cream Volume II »,

la version est très belle, magnifiquement jouée, avec un Clapton impérial.  « Crossroads » qui figure sur le disque live de « Wheels Of Fire », est interprété différemment, et je préfère très nettement la version de « Wheels » elle est beaucoup plus forte,

et bien mieux en place, ça cafouille un peu entre Clapton et Baker.

Même si les chorus de Clapton sont bons, ils ne valent pas ceux de l’autre version. Dommage, c’est mon premier regret concernant cet album. « Sunshine Of Your Love » de l’album « Disreali Gears » est beaucoup plus intéressant, les trois boys sont bien en place, et le morceau se déroule sans heurt, le chorus de Clapton très lyrique

complète à merveille, une interprétation réussie. C’est au tour de la pièce maîtresse du concert, une version de près de dix sept minutes de « Spoonful » réclamé par le public. Tout l’art de Cream se résume dans ce titre, du riff, des fulgurances de guitare, une basse qui ronronne et se promène, une batterie qui joue comme si elle était en solo, et bien sur de l’improvisation, entre Rock Blues et Jazz.

Des digressions qui emmènent les musiciens très loin du thème original, vers d’autres horizons, d’autres mondes, d’autre couleurs.

Chacun s’en donne à cœur joie, revisitant son instrument, et c’est différent à chaque concert. Une majeure partie du public qui assiste aux concerts de Cream attend ce genre de moments avec impatience. On part d’un morceau de cinq ou six minutes, et on l’étire pour doubler voire tripler sa durée. Une des grandes réussites du groupe est justement d’avoir libéré le Rock de son carcan de morceau court destiné à passer en radio, Cream explose les barrières, et libère le Rock, il peut enfin s’envoler librement. La version de « Spoonful » que nous offre Cream ce soir là, est tout simplement magnifique. « Desert Cities Of The Heart » appartient également à « Wheels Of Fire », et apparait déjà dans l’album  « Live Cream Volume II »,

c’est une superbe version, vive et fraiche, la voix de Bruce est belle, le chorus de Clapton habité, et Baker démonte sa batterie comme un jazzman.

Du bel ouvrage. « Passing The Time » de « Wheels » annonce bientôt la fin du concert. Du titre original, il ne reste que le début, à la place du développement, Clapton, Bruce et Baker partent en jamm, préparant l’arrivé du solo de batterie. Habituellement, c’est sur « Toad » que Baker nous dévoile ses qualités, qui sont grandes.

Baker est un remarquable batteur qui vient du Jazz, et sa technique à la double grosse caisse est exemplaire. Ces trois gaillards sont trois génies de leur instrument, et ça s’entend à chaque seconde. « I’m So Glad » figure dans une autre version sur l’album « Goodbye », c’est le titre qui clôt le concert.

Ce soir là, le morceau est joué bien Rock, il s’écoule vite et de belle façon, les trois musiciens, partent dans leurs délires respectifs tout en gardant un fil rouge, une ligne conductrice.

La version est puissante et belle. On regrette simplement que le concert soit si court, on aurait bien accepté trente minutes supplémentaires au moins. Globalement, Clapton, Bruce et Baker ont assuré un beau concert, pas vraiment le meilleur qu’ils aient donné, mais tout de même très honnête. Seul soucis à mes yeux, la version de « Crossroads » en deçà de nos attentes, du moins de mes attentes. Avec un pareil groupe, de tels musiciens, on se doit de mettre la barre très haute, et regretter toutes erreurs, ou insuffisances, d’autant plus, quand on est à son apogée.

Nonobstant ce petit problème, les Cream ont bien débuté leur tournée d’adieux, ce qui ne donne que des regrets à tous les spectateurs présents ce soir la à l’Alameda County Coliseum Arena d’Oakland en Californie en ce 4 octobre 1968. Le 19 octobre, Cream s’installe au Forum de Los Angeles, pour un nouveau concert de leur « Farewell Tour », plus long, plus étoffé, mais ça c’est une autre histoire…

 ***

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.