DVD : « WHIPLASH » de DAMIEN CHAZELLE. 2014

345974

Je viens de regarder ce film, et j’ai encore les oreilles qui résonnent du frisé sur la caisse claire durant le générique du début. Le réalisateur de WHIPLASH, titre d’un morceau de jazz, nous envoie une décharge électrique bourrée d’émotions. Le film indépendant américain, est devenu en un peu plus d’un an, un film culte, et le nombre de Récompenses et de Prix qu’il a remporté est hallucinant.

71uKIe1RokL__SL1500_

Au départ manquant de moyen financier, DAMIEN CHAZELLE réalise un court métrage, qui n’est rien d’autre qu’une des scènes de son film. Présenté au Festival de Sundance, il remporte Le Grand Prix du Public dans la catégorie « U.S Dramatic ». 

1422229536682

L’argent ainsi gagné, et des producteurs soudainement intéressés lui permettent de faire son film long métrage. Deux acteurs principaux remarquables J.K. SIMMONS en professeur, véritable sergent militaire, intraitable, acide et féroce, et le jeune MILES TELLER en grand batteur en devenir.

zfzff

On pense à un film de guerre, avec la formation militaire face à un gradé con et gueulard, façon Full Metal Jacket, mais c’est beaucoup plus complexe que cela, le professeur cherche la meilleur façon possible pour motiver ses élèves à se surpasser, pour atteindre l’inaccessible étoile, l’inaccessible rêve

whiplash52

… »Andrew, 19 ans, rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraîne avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres dirigé par Terence Fletcher, professeur féroce et intraitable. Lorsque celui-ci le repère enfin, Andrew se lance, sous sa direction, dans la quête de l’excellence ».

whiplash3

Le film tourné en moins de vingt jours revient à Sun Dance en 2014, et remporte à nouveau Le Grand Prix Du Jury, et Le Prix Du Public toujours dans la catégorie U.S. Dramatic. Mais c’est loin d’être tout, durant le 40° Festival du Film Américain de Deauville, présidé par Costa-Gavras, il lui est décerné Le Grand Prix, et Le Prix Du Public. De petit court métrage, le film vient de gagner ses galons de sensation du film indépendant.

whiplash-critique-image-6

Grâce à une réalisation puissante, ciselée, précise, et juste, et un magnifique jeu d’acteurs, investis dans une mission impossible à ne pas réussir. La relation entre Andrew, jeune batteur de jazz, rêvant d’avoir une partie du talent de son idole Buddy Rich, et son professeur mentor dont la morale n’est guère la valeur qu’il semble le mieux connaitre, en proie à d’incontrôlables excès de colères. Les deux personnages antagonistes sont tout de même complémentaires.

whiplash1

Andrew élève de première année au conservatoire de Manhattan, n’a qu’un souhait, rejoindre l’orchestre de l’infâme professeur Fletcher, J.K. SIMMONS dont la réputation et le talent ne sont plus à faire, mais qui se plait à se jouer de ses élèves, à les rabaisser, les humilier, les insulter, et à pousser des gueulantes de dingue. Mais uniquement dans le seul but de les faire se dépasser, en fin de compte c’est pour ses élèves qu’il fait tout cela, il ne veut pas laisser passer un nouveau Charlie Parker sans ne rien faire.

ololol

Jamais de la vie. Andrew travaille d’arrache pied pour s’améliorer, il donne son maximum, il veut montrer qu’il est à la hauteur de ce que l’on attend de lui. Il est prêt à tout. Il se retrouve les mains en sang à force d’entrainements. Il met un terme à une histoire d’amour naissante, poussé dans ses derniers retranchements, allant même jusqu’à l’accident de voiture pour ne pas arriver en retard pour un concert.

Whiplash-5570.cr2

Ce duo d’acteurs disais-je fonctionne à merveille, on est tellement pris par le film que l’on sert les dents à les faire grincer… Quand au dernier quart d’heure du film il est orgiaque, on a mal, on gueule, on pleure, on se bat, on joue de la batterie avec Andrew, on le pousse, on l’aide, on lui donne des forces, on le stimule. Va t-il atteindre cette perfection absolue ? MILES TELLER Andrew dans le film est remarquable, batteur depuis l’âge de 15 ans, il a pris des courts intensifs pour se mettre à niveau.

whiplash_70314

Il fait un avec sa batterie. Les instruments, ou certaines parties d’instruments sont magnifiquement bien filmés, les gros plans, baguettes en sang, sang sur la caisse claire et les cymbales, ne font que renforcer le pouvoir émotionnel du film. Le film se finissant par un concert au JVC Festival de New York à mettre dans les annales. Alors WHIPLASH digne de sa réputation, OUI, trois fois oui. D’ailleurs il parait qu’à la fin du film les spectateurs sont debout, crient et applaudissent en une standing ovation bien méritée.

whiplash604-tt-width-604-height-410-bgcolor-000000

Voici les nombreuses récompenses remportées par le film.

Distinctions

 

 

 

Sélections

Nominations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.