CHRISTIAN VANDER TRIO : « LIVE AU SUNSET LE 24.03.1986 »

Image (509)
(Photo de ?)
(Désolé HATTORI je me suis levé un peu tard)

Comme je vous j’ai déjà dit, au milieu des années 85, j’ai beaucoup fréquenté Christian Vander, quand il passait en Trio, au Sunset ou au Kiss, à Paris. C’est une période de ma vie qui me permettait de sortir quand je le voulais, et avec un ami, Thierry, nous allions voir Christian à tous ses passages en formule jazz, Trio, et Quartet. Je connaissais déjà Christian depuis une dizaine d’années environ, mais cette époque me permis de mieux le connaître, je me rendis très vite compte de sa gentillesse, de son humour, que je connaissais déjà pour l’avoir reçu plusieurs fois à diner à la maison, de sa grande timidité, et du changement hallucinant entre l’homme et le musicien.

 

 

Autant Christian aurait tendance à se mettre en retrait, et à peu se faire remarquer dans le « civil », autant derrière sa batterie, il devient une sorte de démon, halluciné et hallucinant, tout emplit d’une force et d’une puissance qu’il transmet à sa batterie, comme un paratonnerre qui attirerait la foudre pour l’envoyer vers un endroit précis…

Image (511)
(Photo de ?)

Il se retrouve dans une transe hallucinatoire, ou sa drogue se nomme musique, il ne fait plus parti de notre monde, il est ailleurs dans un monde fait de notes, de noires et de blanches, de croches, de double croches, frappant fûts et cymbales comme si sa vie en dépendait, en une divine alchimie, obsédante, ou douceur peut en une seconde se transformer en folie orgiaque. Quand on voit Christian jouer du jazz, on se dit qu’il est né pour ça, et pourtant, que de Chefs d’Œuvres nous a-t’il donné avec Magma et Offering.

(Photo de ?)

Image (510)

 

Mais à le voir, on peut imaginer que le jazz, et surtout certains morceaux, le mettent dans un état tel, qu’il en devient une Bête, dont la raison de vivre est de taper, d’avertir, de prévenir, que les tams-tams de la jungle sont là pour faire résonner l’éternité, que le silence qui est parfois musique, n’a pas place ici ce soir. La Bête, Roi de la jungle, et ses tambours de Vie et de Mort, de Bonheur et de Malheur, rôde entre les feuillages, attention jeunes guerriers, aiguisez vos lances, la chasse a débutée au rythme de la grosse caisse et des cymbales.

 

Christian et ses tambours sacrés entament leur folle sarabande, et nous transportent ailleurs, dans un ailleurs meilleur, où tout n’est que beauté et musique, il n’y a qu’à se laisser porter, fermer les yeux pour que le voyage commence…. Chaque soir, les petites caves sont remplies se spectateurs, pas un centimètre carré de perdu, beaucoup restent debout, faute de pouvoir s’assoir. Les concerts commencent entre 22h30, et 23h30, donc finissent souvent très tard, certains concerts ont parfois finis à plus de trois heures du matin. Les premiers arrivés sont Alby Cullaz contrebassiste

I09271887

 

 et Francis Lockwood pianiste, le frère de l’autre, nous bavardons des concerts précédents, des enregistrements que mon ami Thierry et moi réalisons tous les soirs. Ces deux artistes sont d’une gentillesse, d’une réceptivité naturelles. Un jour, Francis nous a demandé si l’on pouvait venir l’enregistrer un soir avec son propre groupe pour réaliser une maquette à présenter à sa maison de disque.

je-vais-proposer-de-remonter-le-temps-a-travers-des-grands_275618_536x330

Ce que nous avons accepté bien sur, et qui nous a permis de rencontrer un grand batteur également, Aldo Romano. Christian arrive toujours le dernier, avec Isabelle, le visage barré d’un sourire d’enfant espiègle, avec souvent une anecdote à raconter. Nos micros sont disposés sur les micros perches des musiciens, enfin de deux musiciens, Alby et Francis, Christian, vu la puissance de son jeu, n’a pas besoin d’avoir un micro au dessus de lui !! Les soirées commencent rarement à l’heure, souvent des gens partent, car à minuit le premier set n’a pas encore débuté…, mais ils sont vite remplacés.

1983%20-%20Alien%20Trio

Alby Cullaz * CV * Michel Grailler

Un soir la Maman de Christian est venus assister au concert, très sympathique et avenante. Je me souviens d’un soir, où un saxophoniste est venu jouer avec le Trio, Eric Barret, ce fut un merveilleux set, où l’ombre paternelle de John Coltrane plana au-dessus de la scène… Je pense que même si l’on est pas un fervent amateur de Jazz,

Image (519)

(Photo de ?)

mais que l’on veut voir Christian dans un autre style de jeu que celui de Magma, on se doit de le voir dans ce contexte de Jazz, afin de se rendre compte de toute la richesse exceptionnelle de son jeu,et du fait que nous possédons en lui un des tout meilleurs batteurs de l’histoire de cet instrument…

« For Tomorrow » de Mc Coy Tyner

Image (520)

(Photo de ?)

***

One thought on “CHRISTIAN VANDER TRIO : « LIVE AU SUNSET LE 24.03.1986 »

  1. serge dit :

    Bonsoir, super musique…super période. J’ai des bandes au SUNSET de cette période egalement. Contactez-moi si vous le souhaitez. Merci encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.