B.PAGANOTTI: « WEIDORJE »(1979) / « PAGA »(1984)/ « HAUNTED » (1988)

Nous sommes en 1976, au début de l’année, Bernard Paganotti et Patrick Gauthier, respectivement bassiste et claviériste de Magma, éprouvent le désir et l’envie, malgré leur dévotion pour la musique de Christian Vander, de créer un groupe, où ils pourraient jouer leurs propres compositions.

C’est Klaus Blasquiz, chanteur de Magma devant l’Eternel qui leur trouve le nom du groupe : WEIDORJE, « Roue Céleste » en Kobaïen. Les choses se précipitent avec le retour au sein de Magma de Jannick Top. Nos deux compagnons en profitent, non sans avoir participer à l’enregistrement du nouvel album de Magma, « Üdü Wüdü » au Printemps

1976. Paganotti y signe avec Klaus un morceau, excellent au demeurant et intitulé « Weidorje« …

Il ne reste plus à Paganotti et Gauthier qu’à recruter des musiciens. Michel Ettori,

ami de Gauthier tiendra la guitare, Kirt Rust qui fut batteur chez les frères Lockwood participe au projet,

Jean-Paul Asseline, ancien camarade de jeu chez Magma sera le second clavier. Les deux frères Guillard, Alain et Yvon assureront les cuivres.

Mais Asseline jette l’éponge, et de nouveau, le groupe auditionne. C’est Jean-Philippe Goude qui est choisi…

1977, la formation est définitive, et le groupe commence les répétitions. Enregistré en une semaine, en Février 1978 au Chateau d’Hérouville, l’album sort chez les disquaires en 1979.

« Elohims Voyage » extraits

La pochette est un dessin de Blasquiz, qui représente une sorte d’engin spatial.

L’accueil est excellent, la presse est unanime, un grand groupe vient de voir le jour, et en plus,l’album se vend bien. WEIDORJE prend la route, les concerts sont impressionnants, les musiciens sont excellents, et la musique interprêtée est dans la grande tratidion de la Zeuhl. Le groupe donne un fabuleux concert à l’Olympia.

« Vilna » extrait

Pourtant malgré toute ses qualités, Weidorje se produit souvent devant un parterre clairsemé. Il est bien connu que chez nous hélas, seule la « merde » attire les foules, et vend des disques… Le groupe pense à l’enregistrement d’un second album, qui malheureusement ne verra jamais le jour … Les concerts continuent tant bien que mal, Ettori s’en va, son successeur sera François Ovide. Le groupe passe à l’Olympia pour la deuxième fois, en Mars 1979, quelque temps après un second guitariste est engagé Pierre Chereze.

Mais les problèmes pour trouver des lieux de concerts, et des salles, sont toujours présents. Après un passage saccagé en Espagne, Paganotti découragé annonce son intention d’arrêter WEIDORJE. En 1985, dans le premier album solo de Paganotti,  « PAGA » on retrouve deux morceaux composés en 1979, et prévu pour le second album de WEIDORJE,

« Une Parcelle d’Urantia« ,

et « Mitchinoku« , composés peu de temps avant la séparation du groupe.

Cet album est une pure merveille, toujours dans l’esprit Zeuhl,

« Final D’Urantia »

l’héritage de Magma est plus que jamais présent dans chaque note, la basse est d’une puissance tellurique, tout en étant aérienne et donne une force sautillante à la musique répétitive et souvent hypnotique.

« Talk Back » extraits

On retrouve dans ce nouvel album quelques musiciens de WEIDORJE, ainsi que l’excellent batteur Claude Salmieri.

« Show Town » extraits

Musicien qui figurera sur l’album suivant de Paganotti, « HAUNTED« , sorti en 1988.

 Klaus Blasquiz, Gränd Prêtre Vokäl de la Zeühl assure tous les chants, et ce, d’une façon toujours aussi envoutante et magistrale,

« Haunted » extraits

Bertrand Lajudie s’occupe des claviers. Le quartet Paganotti, sonne comme jamais. Les climats des morceaux, relativement sombres, s’éloignent quelque peu des albums précédents, et témoignent d’une personnalité plus forte et plus marquée.

« In A Spiral » extraits

Salmieri impose une pulsation rythmique syncopée remarquable, toute en force et en finesse, quant aux claviers, ils tissent une toile d’araignée pesante et envoutante.

Je ne vous ferais pas l’affront de vous parler des lignes de basses, comme vous pouvez vous en douter elles sont « impressionnantes « .

« Mémorial » extraits

Même si par instant, l’ombre de Magma plane sur certaines phrases, Paganotti le groupe avec cet album,

a coupé le cordon ombilical, et nous propose une musique remarquable, inventive, entre rock, jazz, soul et Zeuhl, une musique riche, pleine de couleurs, de vie et de passion.

« King For A Day » extraits

Que vive PAGA …. et qu’il nous donne de nombreux albums aussi somptueux que « HAUNTED«  et ses petits frères……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.