Al DI MEOLA : « ELEGANT GYPSY ».1977

115181748

AL DI MEOLA est l’une des figures les plus marquantes de ce que l’on appela le « Jazz-Rock » ou « Jazz Fusion » des années 70′. C’est en assistant à un concert de Larry Coryell qu’il décide de sa carrière. Guitariste virtuose, à la technique imparable, alliée à une sensibilité à fleur de peau,

2075

1. « Flight Over Rio« 

il se fit connaitre tout d’abord au sein du grandissime groupe de Chick Corea, claviers et synthétiseurs, « Return To Forever » au sein duquel officiait Stanley Clarke à la basse acoustique, électrique et contrebasse, Lenny White batterie et percussions.

Return_to_Forever_1976

Que des musiciens venant du Jazz, ayant joués avec de petits maîtres, ainsi qu’avec Miles Davis. Un des plus grands groupes musicaux de l’époque, fondé en 1973, dont les principaux rivaux se nommaient, John McLaughling’s Mahavishnu Orchestra, Weather Report, Larry Coryell’s Eleventh House, un groupe allemand Passport, et dans une certaine mesure Magma. Curieusement à partir des années 90′, ce virtuose reconnu de la guitare électrique, porté aux nues par tous les magazines musicaux spécialisés, Français, Britanniques, Américains, Espagnols,

al-di-meola29009

 

 2. « Midnight Tango« 

 

en fin de compte mondiaux, change de style et place sa carrière sous le signe de l’acoustique et de l’éclectisme, s’intéressant à la musique latine, cherchant depuis lors des harmoniques et des rythmiques différentes avec une passion sans cesse renouvelée. AL DI MEOLA est né le 22 juillet 1954 à Jersey City, dans le New Jersey aux Etats-Unis. En 1971 il est élève au Berkeley College Of Music de Boston, Massachusetts. En 1974 Chick Corea l’appelle pour remplacer le guitariste Billy Connors au sein de sa formation Return To Forever. Il participe à l’enregistrement d’albums primordiaux tels que « Where Have I Know You Before » (1974),

rtf

« No Mystery » (1975),

5310_12044

et la pépite du groupe, un des plus grands disques de Fusion de l’Histoire de la Musique  « Romantic Warrior » (1976).

61IVl6zlUQL

4. « Race With Devil On Spanish Highway« 

Le groupe atteint des sommets de popularité à travers le monde, digne de groupes comme Led Zeppelin ou les Eagles. Parallèlement au groupe il enregistre des albums solos, en 1976  « Land Of The Midnight Sun« , qui rencontre un vif succès international. En écoutant ses premiers albums solo, j’avais l’impression d’écouter du Santana sous amphétamines !!! Puis il quitte Return To Forever pour se lancer dans une carrière solo, sa notoriété le lui permet largement, sans aucun problème.  DI MEOLA se fait remarquer par le sens aigu de sa maitrise technique, et ses compositions alliant Jazz Rock et musique plus latine, voir même du flamenco. Toutes les musiques différentes l’attirent. C’est en 1977 qu’il sort ce que je considère comme son premier chef d’Œuvre «  ELEGANT GYPSY« .

115181748

 

5. « Lady Of Rome, Sister Of Brazil« 

 

Sa musique est intense et flamboyante. Ses prouesses techniques et son feeling lui ont permis de remporter quatre fois la distinction de BEST JAZZ GUITARIST  décerné par les lecteurs du magazine Guitar Player. A cette époque, DI MEOLA et son style eurent une grande influence sur toute une nouvelle génération de guitaristes de Hard, qui hélas confondaient virtuosité et précipitation, émotions avec froideur… Lui continue a appréhender les différentes techniques de guitares acoustiques, mettant plus en avance le feeling, le ressenti que la technique pour elle même.

060926_AlDiMeola_001

Robert Lynch, historien de la guitare, écrit : « Dans l’histoire de la guitare électrique, personne n’a autant contribué à faire avancer l’instrument dans une approche purement technique que M. Di Meola. Son contrôle total des différents styles et des différentes gammes est simplement époustouflant. Je me sens privilégié d’avoir pu étudier son travail durant toutes ces années. » On peut sentir sur les trois albums qu’il réalise avec Return To Forever, une évolution de son jeu.

0811090504509992160_4736_v1

Au début c’est cette intensité d’attaque qui prédomine, puis il la combine avec une technique imparable, et une recherche plus intériorisée de la guitare, plus réfléchie et sensuelle. Déjà en 1975 pour « No Mystery« 

5310_12044

il est nommé « Meilleur Nouveau Talent« , plus tard « ELEGANT GYPSY »  reçoit le titre de « Meilleur Album de Guitare« . AL DI MEOLA  remporte ainsi cinq fois de suite le titre de « Meilleur Guitariste de Jazz« , et en 1978 et 1981 deux de ses albums lui rapportent le Prix du Meilleur Disque de Guitare.

Al-Di-Meola-6

Toutes ses récompenses lui permirent d’être introduit dans la Galerie des Grands de la Guitare, devenant le plus jeune musicien à qui l’on accorde cet honneur. Au début des années 80′, DI MEOLA pose sa Les Paul électrique sur son socle, pour prendre une guitare acoustique, et tourner avec deux autres supers stars de la six cordes, John McLaughling et le maître du flamenco espagnol Paco De Lucia. Duo sans McLaughling que l’on trouve déjà dans l’album « ELEGANT GYPSY » pour un morceau acoustique qui fait le tour du monde « Mediterranean Sundance« , et devient une référence pour des millions de guitaristes…

3. « Mediterranean Sundance« 

Tres GUITARRISTAS (así, con mayúsculas)

De temps à autres DI MEOLA reprend sa guitare électrique, pour des concerts ponctuels, comme pour les reformations de Return To Forever en 1983 et en 2008. Pour l’enregistrement de « ELEGANT GYPSY » qui grimpe à la place du Billboard Top Jazz Album en 1977, on trouve les musiciens suivants :

al_di_meola_95805241_david_livingston_getty_images

AL DI MEOLA : Electric guitars, acoustic guitars, piano, synthesizer, percussion.  PACO DE LUCIA : Acoustic guitar (track 3).  ANTHONY JACKSON : Bass guitar (tracks 1, 2, 4, 6).  JAN HAMMER : Keyboards, synthesizer (tracks 1, 6).  BARRY MILES: Piano, keyboards, synthesizer (tracks 2, 4).  STEVE GADD : Drums (tracks 1, 6). LENNY WHITE : Drums (tracks 2, 4).  MINGO LEWIS: Congas, synthesizers, organ, percussion (tracks 1, 2, 4, 6).

6. « Elegant Gypsy Suite« 

4e4e72d4-e37a-4cbb-b82f-eea87a064cf5

J’ai eu la chance de voir AL DI MEOLA en concert avec le Super Groupe éphémère GO, formé en 1976 par le percussionniste, clavieriste japonais Stomu Yamashta.  Stevie Winwood aux vocaux et claviers. Aux synthétiseurs et magnétophones à bandes Klaus Schulze, et Michael Shrieve à la batterie. Le concert se déroulait le 12 juin 1976 à Paris. AL DI MEOLA continue encore ses voyages musicaux avec autant de flamme et de passion qu’avant, et c’est toujours un véritable bonheur de pouvoir l’écouter…

al_di_meola6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.