KANSAS : « TWO FOR THE SHOW ». 1978

51N+csgY7sL

Originaire de Topeka dans le Kansas, cela fait de nombreuses années que le groupe tourne sans cesse, ils assurent même la première partie des Doors durant une de leurs tournées à la Nouvelle Orléans. C’est en 1970 que le groupe se forme sous le nom de Kansas, mais de nombreux changements de personnels, puis de noms ne les aideront pas à être reconnu dans l’esprit du public. Il faut attendre fin 1974, pour qu’une bande de démonstration soit écoutée par le célèbre Don Kirshner, et qu’il décide de se rendre à un de leur concert, pour que l’avenir du groupe change du tout au tout. Il les signe sous le nom de Kansas.

KANSAS_1970s

1. « Song For America« 

La composition du groupe est la suivante : Phil Ehart – batterie. Kerry Livgren – claviers, guitares. Bobby Steinhardt – violon, vocaux.

Steinhardt_MichaelPutland1

Steve Walsh – vocaux, claviers. Dave Hope – basse. Rich Williams – guitares. Ils vont ainsi pouvoir enregistrer un premier album, « Kansas » en 1974. Kansas fait parti de ces groupes proches du mouvement Rock Progressif,

header1

2. « Point Of Know Return« 

à l’instar d’un Yes dont ils sont inspirés, surtout au début. En même temps de gros riffs de guitares viennent contre-balancées la douceur que leur apporte le violon. Les arrangements très travaillés  font d’eux une sorte de groupe de Hard Rock Progressif, mais pas seulement, leurs compositions sont bien construites, les mélodies très belles.

R-1035624-1304530927_jpeg

Mais ce premier album connait peu de succès, le groupe n’a pas encore trouvé la bonne alchimie qui fera de lui un grand groupe et reste en de ça, des qualités futures. Le groupe se cherche encore une identité. 1975, le second album s’intitule « Song For America », et là, le succès est plus présent, et dépasse les frontières de l’état. Les tubes « Song For America » et

« Lonely Street »

s’entendent sur toutes les radios américaines, et permet à l’album de devenir disque de Platine.

51gHwURZLTL__PJautoripBadge,BottomRight,4,-40_OU11__

Kansas ne remplit plus des salles, mais des stades entiers, et les disques suivants ne feront qu’accroitre leur renommé. Ils sont devenus aussi populaires que Yes, Genesis ou King Crimson pour leurs fans et pour la presse américaine musicale. Septembre 1975, sort « Masque » avec les titres « Icarus » et « Mysteries and Mayhem ».

R-3367846-1327611584_jpeg

3. « Paradox« 

Le succès est toujours au rendez-vous, et on commence à prendre conscience de leur qualité sur l’ancien continent. Les albums se vendent correctement en France. La complexité des arrangements réjouissent les amateurs de progressif, très nombreux dans les années soixante dix. En 1976 la sortie de « Leftoverture » fait un bruit retentissant, dans le monde entier avec les hits internationaux « Carry On My Wayward Son » « Magnus Opus » et d’autres.

51V5xilsmiL__PJautoripBadge,BottomRight,4,-40_OU11__

4. « Icarus-Borne On Wings Of Steel« 

Les tournées atteignent des proportions gigantesques. Il faut préciser que tous les musiciens ont un haut niveau de technicité, et la voix chaude et magnifiquement juste de Steve Walsh fait merveille sur la musique du groupe. Les derniers disques sont trois fois disque de Platine. Le prochain album marquera une étape, tous les morceaux sont superbes, et il contient Le TUBE de Kansas, un tube planétaire, repris même par d’autres groupes.

Kansas-band-sp03

Nous sommes en 1977, le disque (Trois fois de Platine peu de temps après sa sortie) se nomme « Point Of No Return » , et le grandissime morceau, « Dust In The Wind » . Même en France le 33 tours connaitra un très gros succès. Les tournées sont triomphales partout où passe le groupe.

8. « Dust In The Wind« 

Pour nous en France nous devons attendre encore un peu, car moi aussi j’adore ce disque qui tourne sur ma platine vinyle à longueur de temps. C’est après la sortie de l’album suivant, le très bon « Monolith » où l’on retrouve tous les ingrédients de la musique de Kansas,

R-417984-1365170965-4452_jpeg

5. « Portrait (He Knew) »

que le groupe pour une tournée mondiale passe par la France,

R-417984-1365170982-5014_jpeg

et s’arrête par Paris. Nous sommes le jeudi 23 mars 1978, dans un Pavillon de Paris à Pantin complètement bondé.

Image (289)

La première partie est assurée par un nouveau groupe de rock qui vient de sortir son premier album Cheap Trick. Sur scène c’est sympa, entre chaque morceau, le chanteur court en backstage se donner un coup de brosse sur sa tignasse blonde. Le matos vite enlevé, celui de Kansas était derrière la scène recouvert de tissus noir.

Image (291)

Ca y est ils sont sur scène, la batterie est magnifique, imposante de nombreux fûts et cymbales, c’est la première chose que regarde, encore aujourd’hui. Chacun prend son instrument, les lumières du Pavillon de Paris baissent d’intensité,  les projecteurs multi-couleurs de la scène, illuminent les musiciens qui entament « Carry On My Wayward Son »

Image (288)

et au bout de douze secondes, tout s’arrête, plus de son, plus lumières, les plombs ont sauté. Un petit moment de fébrilité d’une petite dizaine de minutes traverse le Pavillon, puis les lumières reviennent sous les

7. « Journey From Mariabronn« 

Kansas-band-sp04

acclamations du public, et Kansas recommence sans aucun nouveau soucis son concert, que j’ai trouvé, personnellement extraordinaire. Le groupe nous a joué d’emblée tous ses succès.

Image (290)

9. « Lonely Wind« 

Je ne vous raconte pas les hurlements à l’entrée de guitare acoustique de « Dust In The Wind ». Kansas ce soir là nous démontra allègrement et de fort belle manière l’étendue de son talent.

Kansas-band-sp05

10. « Mysteries And Mayhem« 

J’avoue sincèrement, avoir lâché le groupe après ce live, ne me demandez pas pourquoi, ce sont les choses de la vie.  Kansas split en 1983, pour mieux se reformer en 1986, puis en dans sa formule originale depuis 1997. L’album que le groupe sort en 2000 est cassé dixième meilleure vente de disque sur internet… A l’heure actuelle Kansas tourne au Etats-Unis avec toujours autant de succès avec un line up quelque peu remanié.

11. « Excerpt From Lamplight Symphony« 

kansas-photo

12. « The Wall« 

Ce qui m’avait agréablement surpris, c’est qu’après le concert de Paris, un magazine Rock de l’époque Rock En Stock, les avaient interviewer. Et à un moment le journaliste leur demande s’ils connaissent voir écoutent (ce qui aurait été miraculeux),un groupe français, et ils avaient répondu, oui nous admirons Magma! Venant d’un groupe américain,

Kansas-band-sp01

ça m’avait fait vraiment étonné et fait plaisir… Du coup CBS organisa rapidement une petite rencontre entre les deux groupes, pour des congratulations mutuelles. La musique ne connait pas de nationalité, c’est génial…Vive la musique!!!

13. « Magnus Opus« 

Kansas_1976

 

Le Live « Two For The Show » a été enregistré durant la tournée mondiale passant par Paris, il permet donc de se faire une idée exacte du show que nous avons pu voir au Pavillon de Paris.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.