MOTÖRHEAD : « OVERKILL » . 1979

Motorhead_overkill

Le 22 août 2014, j’ai consacré un article au dernier album de MOTÖRHEAD « Aftershock » , vous disant tout le bien que je pensais de cette galette dans laquelle notre Lemmy Kilmister approchait des soixante dix ans. Et oui, notre Lemmy n’est plus tout jeune, et question santé, la dernière tournée semblait difficile pour lui. Il est quand même né en 1945, ce n’est plus vraiment un jeunot.

motorhead_lemmy_bottle_lowres

MOTÖRHEAD se classe 26e au classement des 100 plus grands groupes de Hard Rock de VH1. Je ne vais vous refaire le topo, ancien roadie de Jimi Hendrix, pote avec Noel Redding. Bassiste de l’immense Hawkwind de 1971 à 1975, viré du groupe pour possession de drogues dures, venant d’un groupe toujours défoncé comme Hawkwind c’est à pisser de rire. Ensuite, après différents essais de musiciens, il fonde MOTÖRHEAD avec Eddie Clarke et Phil Taylor, un jeune punk, ami de Lemmy

noclass45t-phil

Avec cette formation, Lemmy signe avec le jeune label Chiswick Records.

tumblr_nmef9d8YZt1sjm5ppo1_1280

Le power trio est impressionnant, la voix rauque et gutturale de Lemmy impose un style qui va du Heavy Métal, au Punk, au Trash en passant par le Rock’n’Roll. Le groupe se forge rapidement une grosse réputation durant ses tournées que ce soit en Europe ou aux Etats-Unis. En aout 1977, Chiswick sort l’album « Motorhead » , le single est déjà sorti deux mois plus tôt.

Beer_Drinkers_and_Hell_Raisers_EP

L’album se classe dans les charts anglais à la 43° place. Mais dans le groupe, l’entente est un peu tendue, Clarke et Taylor jouent simultanément dans d’autres groupes. Leur nouveau manager arrive à leur décrocher un contrat sur le label Bronze Records, après un premier single « Louie Louie » en septembre 1978MOTÖRHEAD fait une apparition à la télévision britannique dans ‘Top Of The Pops’. La notoriété du groupe va alors en grandissant, il commence à drainer des foules entières, et à déclencher des passions. On est loin des groupes anglais hard typique de la nouvelle vague, de la NWBM.

Classic Rock - February 2013

Après avoir revu leur contrat à la hausse, le groupe rentre en studio pour préparer son second album, avec le producteur Jimmy Miller, qui a déjà travaillé avec les Rolling Stones. Et là, touché par je ne sais qu’elle magie, le groupe va pondre un album exceptionnel, un album qui va rester dans les annales, comme un des plus grand album de Rock de toute l’Histoire de la musique. Des morceaux splendides, des rythmes fous, des mélodies parfaites. En somme un Chef d’Œuvre. Quelques morceaux sont prêts à être enregistrés, « No Class »  « Damage Case » et quelques autres, le reste est composé en quelques poignées d’heures. « Metropolis » est composé en quelques minutes…

Fast_Eddie_Clarke_Motorhead_1982

L’album « OVERKILL » marquera à jamais les esprits de bons nombres de fans de métal, et même à l’écouter aujourd’hui, ça reste un uppercut en pleine face, et ça fait très mal. La production nous propose un son parfait, en pleine adéquation avec la musique. Absolument monstrueux. Plein de rage, de puissance, d’une énergie dévastatrice, à l’image de la pochette signée Joe Pontagno, futur dessinateur de toutes les pochettes du groupe.

Joe_Petagno2-668x333

De tous les groupes de heavy métal ou de hard rock de cette période, MOTÖRHEAD est indéniablement le plus énorme, et celui qui apporte le plus. Les morceaux s’enchainent avec puissance et force, du premier morceau « Overkill » qui tout de suite donne le ton de l’album, un son énorme d’une batterie à double grosses caisses, à la rapidité infernale, suivit par une entrée de basse et enfin par la guitare, dans un déferlement de Rock’n’roll sur vitaminé, à la limite de speed, deux fausses fins, ou la batterie repart de plus belle, « Overkill » est le morceau de MOTÖRHEAD, si l’on devait n’en garder qu’un, ce serait celui-là…

1.  « Overkill« 

Image (300)

C’est sa signature, et c’est d’ailleurs aujourd’hui encore le titre qui termine tous les concerts du groupe, ça n’est pas pour rien…

Overkill
Surextermination

Only way to feel the noise is when it’s good and loud,
La seule façon de sentir le bruit est quand il est bon et lourd,
So good you can’t believe it screaming with the crowd,
Si bon que tu peux pas le croire hurlant avec la foule,
Don’t sweat it, get it back to you, (x2)
Ne l’échappe pas, ramène le vers toi ! (x2)
Overkill, Overkill, Overkill
Surextermination, Surextermination, Surextermination !

On your feet you feel the beat, it goes straight to your spine,
Sous tes pieds tu sens le battement, il va droit dans ton échine,
Shake your head you must be dead if it don’t make you fly,
Secoue ta tête tu dois être mort si ça ne te fais pas voler,
Don’t sweat it, get it back to you, (x2)
Ne l’échappe pas, ramène le vers toi ! (x2)
Overkill, Overkill, Overkill
Surextermination, Surextermination, Surextermination !

Know your body’s made to move, you feel it in your guts
Sais ce qui fait bouger ton corps, tu le sens dans tes tripes
Rock ‘n’ roll ain’t worth the name if it don’t make you strut,
Le Rock’n’Roll ne mérite pas son nom s’il ne te fait pas bouger
Don’t sweat it, get it back to you, (x2)
Ne l’échappe pas, ramène le vers toi ! (x2)
Overkill, Overkill, Overkill
Surextermination, Surextermination, Surextermination !

76d99d152ab05b7f76f91b876e38504a

Un roulement et une descente de toms, suivit d’un riff de guitare génial, et c’est parti pour le second titre « Stay Clean » , hypnotique et effrayant, le morceau déboule comme un cheval au galop.

2.  « Stay Clean« 

Fast and furious version musique, avec le petit solo de basse de Lemmy au milieu du morceau avant la guitare. Une pure merveille.

tumblr_nkt5a4TqTG1u2m44po1_1280

Espèce de boogie rock effréné  « I Won’t Pay Your Price » et son très beau solo de guitare tout en douceur.

3.  « (I Won’t) Pay Your Price« 

Le rythme est lourd sans le paraître vraiment. Lemmy introduit à la basse le morceau suivant « I’ll Be Your Sister » , un rock basique, binaire, idéal

4. « I’ll Be Your Sister« 

pour taper des pieds et secouer la tête, et toujours cette voix semblant sortie tout droit des enfers, un vrai rock dans toute sa puissance.

17aa7a9dce35ca3bb4b8f2af11d4e820

Le cinquième morceau « Capricorn » est un classique parmi les classiques, c’est d’ailleurs dans « OVERKILL » que le groupe a concentré le plus de classiques.

5.  « Capricorn« 

Fabuleux morceau où la batterie semble avoir été enregistrée dans une grotte, une mélodie envoutante, obsédante. Une superbe guitare en chorus. Un morceau avec un grand M, alliant originalité, et rock’n’roll, Un must du disque. « No Class » change de registre. On a l’impression d’entendre du ZZ Top sous amphets, un boogie-rock sur puissant, ricain à souhait, sans originalité particulière sinon sa ressemblance avec un morceau des barbus, mais en live ce titre décoiffe salement, une vraie locomotive.

6.  « No Class« 

1055

« Damage Case »  encore un classique du groupe, que dire de plus, les petits groupes de hard peuvent prendre leur retraite, MOTÖRHEAD est là et les enterre à mille lieues sous terre.

7. « Damage Case« 

Hop, oublié les criards, les ‘bastards’ sont arrivés. « Tear Ya Down » est du même acabit, sans apporté plus d’originalité, c’est du lourd, le genre de titre que l’on attend d’un groupe comme MOTÖRHEAD, très beau chorus de guitare, avec un break ou l’on a l’impression que le son gagne en volume. Chouette impression.

8.  « Tear Ya Down« 

600full-fast-eddie-clarke

« Metropolis » inspiré à Lemmy par la vision du film de Fritz Lang, là, il y a de l’originalité, une rythmique mi tempo, une mélodie imparable,

9. « Metropolis« 

autre immense classique du groupe, encore joué et réclamé par le public de nos jours, magnifique guitare wah wah tout en retenue, ce morceau, c’est du grand art, du très grand MOTÖRHEAD, loin devant les autres prétendants au titre. L’album s’achève lourdement avec le super « Limb From Limb » encore un mid tempo bluesy rock’n’roll.

10.  « Limb From Limb« 

lemmypmom

Le disque s’achève plus calmement qu’il n’a débuté, nous avons droit à un court et beau chorus de guitare, sur lequel Lemmy lance ses incantations, puis, d’un seul coup, le morceau s’accélère et prend de la vitesse, re guitare, c’est reparti, vraiment le genre de titre parfait en live, à rendre dingue, le genre de morceau dont on souhaiterait qu’il dure vingt minutes, tant il est fort.

motorhead2

Point Barre fin du disque. Ce que l’on peut remarquer, c’est que globalement les titres sont relativement courts et n’excédent que rarement les trois minutes, ils sont bien concentrés, ramassés sur eux mêmes. Pourquoi prendre six minutes quand on peut tout dire en trois? Seul trois dépassent les quatre minutes. Avec un tel regroupement de pépites, l’album est un triomphe, trois musiciens assurant comme des bêtes, des riffs d’enfer, une basse apocalyptique, et un batteur génial.

vlcsnap00010rz0

Avec « OVERKILL » MOTÖRHEAD entre dans la légende du Rock par la Grande porte. A sa sortie l’album se classe à la 24° place du Top 40 Anglais. « OVERKILL » est devenu un incontournable, que dis-je un indispensable à toute discothèque digne de ce nom. J’ai toujours pris des baffes en les voyant, et jamais au grand jamais je n’ai été déçu. « OVERKILL » fait d’ailleurs partie de « Rock’n’Roll : la discothèque idéale : 101 disques qui ont changé le monde » de Philippe Manœuvre, ainsi que dans le spécial Rock & Folk « Les 250 meilleurs disques 1966-1991. 25 ans de Rock ».

lemmy_kilmister_motoerhead_422935 

 Pour finir en beauté, voici un morceau qui figurait en face B du 45 tours de « No Class » , il a pour titre « Like A Nightmare » super rock’n’roll tout à fait dans l’esprit de ce fabuleux album…

 

 

 ***

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.