BILLIE HOLIDAY : « STRANGE FRUIT » 1939

strange-fruit-02

Il n’y a pas très longtemps, je vous ai parlé de BILLIE HOLIDAY, et après avoir revu hier soir en DVD « 12 Years A Slave » , ce film hallucinant, et si bouleversant, j’ai eu envie de revenir sur une chanson de BILLIE  « STRANGE FRUIT ». D’ailleurs en parlant de ce film, il faut absolument avoir vu quelques autres films traitant d’un sujet assez proche, comme « Mississippi Burning » d’Alan Parker, et « Le Majordome » de Lee Daniels.

12-years-a-slave-poster_140326165645

10950843_ori

21017975_20130705175456051

Ces trois film étant basés sur des faits réels. « STRANGE FRUIT » est né dans la tête d’ ABEL MEEROPOL, un juif d’origine russe né en 1903, décédé en 1986,

ABEL MEEROPOL

qui sous le pseudonyme de LEWIS ALLAN composa de nombreuses chansons, notamment pour Frank Sinatra, et « STRANGE FRUIT » qu’il proposa à BILLIE HOLIDAY. MEEROPOL, était enseignant, et vivait dans le Bronx. Il était membre du Parti Communiste américain. C’est en 1937, après avoir vu des photos du lynchage de deux hommes Thomas Shipp et Abraham Smith, dont le seul crime était d’être noir, qu’il écrivit, après de très nombreuses nuits sans sommeil, cette émouvant et vibrant poème, « STRANGE FRUIT » qu’il publia dans le « New York Teacher » et la revue communiste « New Masses ».

Lynchage de Thomas Shipp et d'Abraham Smitn à Marion dans l'Indiana en 1930

C’est également lui, qui peu de temps après le mis en musique. Son épouse, en fut la première interprète lors d’une réunion organisée par le syndicat des enseignants de New York. La chanson connue une vraie popularité au sein de la Gauche américaine, et Barney Josephson, propriétaire du Café International organisa une rencontre entre BILLIE et ABEL. L’humanisme de ABEL MEEROPOL était tel, qu’après l’exécution des époux Rosenberg, tous deux juifs New Yorkais communistes, condamnés à mort pour espionnage au profit de l’URSS, alors qu’ils clamèrent jusqu’à la fin leur innocence,

1024px-Julius_and_Ethel_Rosenberg_NYWTS

il adopta leurs deux enfants, Ethel et Julius. « STRANGE FRUIT », pour MEEROPOL était un plaidoyer poétique, artistique, mais non moins véhément contre le racisme aux Etats-Unis, et particulièrement contre les lynchages des Afro-Américains dans les états du Sud du Pays qui atteignit un nombre hallucinant au début du XX° siècle.

Anger_in_the_land

La chanson fut une  protestation, une protest-song, un réquisitoire qui s’entendit sur les scènes des cabarets de New York, jusqu’au célèbre Madison Square Garden. Le Fruit Etrange étant bien sur, le corps d’un homme noir, pendu à un arbre. Selon les estimations du Tuskegee Institute, 3833 personnes furent lynchées entre 1889 et 1940, 90% de ces crimes furent perpétués dans les Etats-du Sud, et quatre victimes sur cinq furent des Noirs.

hqdefaultdfgv

Et le lynchage n’était pas du à un acte criminel des supposés coupables, non, mais par le fait qu’ils étaient Noirs, et présents au mauvais endroit, au mauvais moment. BILLIE HOLIDAY ne pouvait que se sentir concernée par cette chanson, et son interprétation a traversée le temps.

hqdefault

Déjà célèbre, « STRANGE FRUIT » devient quelque part son incarnation, elle en devient indissociable, et sa notoriété devient internationale, alors qu’au départ, elle hésita à la mettre dans son répertoire, se démarquant trop de son style habituel de standards et de love songs. Mais Barney Josephson la pousse à accepter l’offre de MEEROPOL. Daniel Mendelsohn s’occupa des arrangements. La première fois que BILLIE chante la chanson c’est au Café Society.

maxresdefault

Le public est plongé dans le noir, les lampes de la scène sont éteintes à l’exception d’un trait de lumière qui éclaire la silhouette de BILLIE, elle chante d’une voix déchirante, uniquement accompagné par les notes d’un piano. A la fin du morceau, pas un seul bruit, tout le monde retient sa respiration. Puis subitement un homme ose applaudir seul, il sera rejoint, quelques secondes plus tard partout le public. Le succès est immédiat. Du coup, BILLIE prend l’habitude de l’interpréter en dernier, « STRANGE FRUIT » devint son final.

sans-titre (2)

Elle s’approche du micro, demande au public de faire le silence, et quand celui-ci est obtenu, toutes les lumières de la scène s’éteignent, à l’exception d’un spot braqué sur son visage. BILLIE garde les yeux fermés toute l’introduction durant, puis chante lentement, clairement, articulant tous les mots afin que chacun comprenne, et ses mots pèsent une tonne. Puis la chanson s’achève dans une sorte d’agonie, elle baisse la tête et toutes les lumières s’éteignent de nouveau, jusqu’au noir complet. Dans son autobiographie BILLIE HOLIDAY écrivit  « … Cette chanson permettait de faire le tri entre les gens bien et les crétins… » Selon les réactions du public, amicales, ou lui manquant de respect.

billie-holiday1

BILLIE durant ses tournées évitait toujours les Etats du Sud, pour qu’il n’y est pas de problèmes, comme cela arriva une fois en Alabama où elle fut chassée de la ville pour avoir essayé de chanter la chanson… Le gros soucis arriva quand BILLIE décida d’enregistrer « STRANGE FRUIT » car bien que sous contrat avec Columbia Records, ceux-ci refusèrent de produire le single, craignant pour leur image de marque, et pour d’éventuelles répercutions sur les ventes du label dans les Etats du Sud. C’est en fin de compte chez Commodore Records, une petite maison de production juive de la 42° rue à New York, que BILLIE et son orchestre,

Strange-Fruit1

le Café Society Band, Franck Newton trompette, Tab Smith saxophone alto, Kenneth Hollon et Stanley Payne au saxophone ténor, Sonny White piano, , Jimmy McLin guitare, John Williams contrebasse et Eddie Dougherty batterie, enregistrèrent le titre.

 

fillmore7

Bien que controversée, la chanson connait un immense succès. BILLIE avait eu un membre de sa famille qui avait fini pendu à un arbre, cette chanson lui tenait donc particulièrement à cœur. Il fut très difficile pour d’autres chanteurs ou chanteuses de s’essayer à l’interprétation de « STRANGE FRUIT » tant la version douloureuse de BILLIE HOLIDAY semble définitive et insurpassable. Ce morceau est devenu un classique de l’histoire de  la musique américaine.

Certains s’y sont pourtant risqué avec plus ou moins de bonheur Ella Fitzgerald, Nina Simone, Carmen McRae, Diana Ross, Robert Wyatt, Jeff Buckley, Marcus Miller, Cassandra Wilson, Sting, Tori Amos, Pete Seeger, Dee Dee Bridgewater, Eartha Kitt, Tchéky Karyo, UB40, Colette Magny, Annie Lennox, Beth Hart & Joe Bonamassa.

Strange_Fruit_by_CFTE_Productions-e1399233428401

Les arbres dans le Sud portent d’étranges fruits
Sang sur leurs feuilles, sang à leurs racines

Corps noirs qui se balancent dans la brise du Sud
Étranges fruits pendus aux branches des peupliers

Spectacle pastoral des gibets dans le Sud
Yeux révulsés, bouche distordue

Parfum de magnolias, frais et sucré
Puis soudain, l’odeur de chair qui se consume

Voici offerts des fruits que les corbeaux picorent
Que la pluie arrache, que le vent pourlèche

Que le soleil pourrit, que l’arbre fait tomber
Voici une récolte amère et bien étrange.

***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.