THE WHO : « TOMMY » 1969.

81Af1CCkiOL__SL1476_

 

PETE TOWNSHEND a toujours pensé au fond de lui même, qu’il devait écrire quelque chose de plus important que de simples chansons pour faire uniquement des hits. Il a toujours eu envie de composer un Opéra Rock. Comme tout compositeur, il voulait… »faire un grand coup d’éclat… » De plus, en cette fin de décennies, les frais des tournées ne parvenaient pas à combler le déficit des caisses du groupe, THE WHO étaient dans une mauvaise passe.

137

Bien sur ils avaient des hits dans les charts, mais les Etats-Unis les boudaient encore, malgré leur passage au Festival de Monterey en 1967. Bien sur tout le monde disait d’eux, qu’en public, ils étaient les meilleurs. Mais tout cela ne suffisait pas à les faire vivre correctement. Heureusement « TOMMY » allait tout changer, et faire des WHO, des stars du Rock dans le monde entier. Avec cet album, pour la première fois le groupe aborde l’idée de faire un album comme si c’était une œuvre d’art. L’album devait être le reflet de ce que le groupe était capable de faire à cette époque, de ce qui leur arrivait, de la dimension qu’ils étaient capable de prendre.

620-pete-townshend-03_imgcache_rev1348762309496

1. « Overture« 

 

1968, THE WHO tournent en rond, s’essoufflent quelque peu. DALTREY se souvient … »Nous étions un groupe sans avenir, sortant un hit de temps en temps. La scène nous a fait grandir… » PETE prend très au sérieux la force du Rock’n’roll, on le sent dans les premiers albums avec des titres comme « I Can See For Miles » qui logiquement aurait du se retrouver N°1 des hits. Ce morceau est un pur chef d’œuvre, et malgré tout ne se classa jamais en haut des hits.

B000002PE4_01__SCLZZZZZZZ_

En fin de compte personne ne savait réellement dans quelle direction allait le groupe, pour PETE TOWNSHEND, « …Le groupe avait peur de perdre pied, on a eu plusieurs chansons à succès, « I Can’t Explain » « Anyway, Anyhow, Anywhere »  « My Generation »  « Pictures Of Lily »  « I’m A Boy » et chacune abordait plein de thèmes différents… » Mais tout cela manquait peut être un peu de cohésion, tout se passait dans la tête de PETE. La grande chance des WHO, le groupe en lui même, est cette alchimie si particulière qu’il y avait entre les quatre individualités.

Image (132)X

2. « 1921« 

Quatre musiciens jouant de manière quasiment individuelle, mais qui arrivaient à une sorte de mathématique parfaite, qui unifiait chaque personnalité, et le rendait indissociable des autres, leur donnant une puissance sauvage et incroyable. PETE TOWNSHEND, ROGER DALTREY, KEITH MOON, JOHN ENWHISTLE. A l’époque on disait que THE WHO sur scène c’était la 3ème guerre mondiale !!! Mais tout cela avait un coût, briser des guitares sur des amplis, ou sur le sol, exploser sa batterie à coup de pieds, la facture devenait longue, et puis il y avait les vêtements à la sauce « mods », les nombreux secrétaires… Les WHO ne gagnaient rien, les caisses étaient vides.

Image (136)X

Leur manager leur prenait 40%, et les avait signé sur son propre label. Mais plein d’idées tournaient dans la tête de PETE, il voulait emmener son Rock’n’roll plus loin des standards habituels de la Pop. Après deux petits essais de « mini opéras », « A Quick One While He’s Away »  et  « Raël » dans lequel on retrouve un thème que PETE développera dans « TOMMY » il s’essaie durant cette période psychédélique, à différentes drogues apparues sur le marché. Il en gardera d’étranges souvenirs.

pb-Art-TheWho-20131129165955241132-620x349

3. « Amazing Journey« 

A cette même époque par l’entremise d’un ami commun, il rencontre et découvre la philosophie de Meher Baba. D’un seul coup, grâce à ce dernier, PETE trouve toutes les réponses aux très nombreuses questions qu’il se posait depuis longtemps, de nouvelles perspectives s’offrent à lui sur le plan spirituel, philosophique, et peu d’un seul coup se mettre à travailler sérieusement sur « TOMMY » en faire quelque chose de quasi mystique, de spirituel.

Pete Townsend	,The Who, Fillmore West  ÒTommyÓ Premiere  7/19/69  	   sheet 337 frame 5

L’histoire d’un jeune garçon ayant grandit dans des circonstances très difficiles, qui l’auraient conduit sur un chemin, où les gens, le peuple l’auraient élu Guide Spirituel. Mais ayant mal utilisé ses pouvoirs, il en aurait payé le prix. Telle était à l’origine l’histoire de « TOMMY ».

AltTommy

4. « The Hawker« 

Nous sommes en 1918, le Capitaine Walker et une partie de ses hommes ont disparus. Mme Walker attend un bébé et accouche d’un petit garçon TOMMY. Sans nouvelles de son mari durant plusieurs années, elle prend un amant. PETE TOWNSHEND « …J’ai du créer un enfant réaliste, auquel le public, les fans des WHO pouvaient s’identifier… »

bpe keith moon tumblr_mx8c609c4w1so5ik5o1_1280

5. « Christmas« 

 

Mais un jour que la nouvelle famille est rassemblée, le Capitaine Walker revient, et fou de rage tue l’amant de sa femme sous les yeux de TOMMY, qui assiste à la scène au travers le reflet d’un miroir. Les parents, lui disent qu’il n’a rien vu, qu’il n’a rien entendu, et qu’il ne doit rien dire. Le choc pour l’enfant est tel, que TOMMY se replie sur lui même, et devient d’un seul coup, sourd, muet et aveugle…

Qu’allons nous faire de l’enfant,

 Il a tout vu

Tu n’as rien entendu

Tu n’as rien vu

Tu ne diras jamais rien à personne

De ce que tu sais être la vérité…

Boris-The-Spider

6. « Cousin Kevin« 

 

Ce qui pour PETE est « …Une métaphore, car nous sommes tous sourds, muets et aveugles… » « Amazing Journey » est un poème écrit par PETE également sur quelqu’un qui passe très près de comprendre l’existence de Dieu, et fait une grave erreur…PETE TOWNSHEND inclut une chanson de Sonny Boy Williamson « Eyesight To The Blind » comme un clin d’œil à ce qui est à l’origine de toute cette musique que les WHO adorent. Cette chanson fait d’ailleurs également référence à une personne sourde, muette et aveugle, le groupe se l’approprie de magnifique manière. « Acid Queen » une prostitué qui va le violer et lui faire prendre des drogues, sans pour autant pouvoir le soigner.

7. « The Acid Queen« 

 

La maladie emmènera surement son esprit

Là où les autres ne peuvent aller

Image (133)X

Au fur et à mesure de l’enregistrement, ROGER DALTREY s’implique de plus en plus vocalement, et finit par devenir vraiment TOMMY. La seule chose que TOMMY fasse est de jouer au flipper ou de se regarder dans un miroir. A chaque tentative pour communiquer avec lui, on obtient pour seule réponse « See Me, Feel Me, Touch Me, Heal Me »

Regarde moi, Ressent moi, Touche moi, Guéris Moi.

Au départ PETE devait chanter « See Me, Feel Me » mais quand un matin au studio il écoute la version que ROGER a enregistré la veille, il est tellement impressionné par la douceur de sa voix, qu’ il lui devint évident que seul ROGER  peut le chanter.

Rogar

10. « Pinball Wizard« 

 

PETE TOWNSHEND demande à JOHN ENTWHISTLE de composer deux titres, sur des épreuves difficiles que passe TOMMY, pédophilie, violences et autres variations sur ce thème horrible. Certains faits ayant subit PETE étant enfant, l’empêche totalement d’en parler, qui plus est de composer dessus. Il explique ce qu’il veut à JOHN, qui compose « Cousin Kevin » et  « Fiddle About »…

Je suis content que tu ne puisses me voir

Ni m’entendre pendant que je m’amuse avec toi.

Ta mère m’a laissé ici pour te surveiller

Maintenant, je vais faire ce que je veux

Le pyjama en bas

Et la chemise de nuit relevée

Tu ne crieras pas pendant que je jouerai.

Allez Tommy montre moi ton petit gilet de flanelle

who-my_generation-1967-smothers_brothers035

« Pinball Wizard » est un des grands tubes du double album. Grâce aux vibration que TOMMY parvient à ressentir, il devient un champion de flipper. PETE TOWNSHEND: « … En fait, Tommy, n’est ni sourd, ni muet ni aveugle, il n’est même pas autiste. En fin de compte il s’est seulement replié sur lui même… »

12. « Go To The Mirror Boy« 

 

who-woodstock

TOMMY guérit quand sa mère brise le miroir devant lequel il passe des heures,

14. « Smash The Mirror« 

le sort est levé, il est libre  « I’m Free ». D’un seul coup, le monde se révèle à lui d’une manière si forte que TOMMY se retrouve dans une sorte de super réalité.

Je suis libre

Je suis libre

Et la liberté a un goût de réalité

Je suis libre

Et j’attends que vous me suiviez.

Roger-Daltrey-roger-daltrey-28323313-468-594

15. « Sensation« 

 

PETE TOWNSHEND: « …C’est une histoire de maturité atteinte à un moment dans la vie d’un jeune homme, ce pas est franchi. On se libère des choses auxquelles on tenait depuis l’enfance, et on établit notre pouvoir d’homme… » Avec « TOMMY » le son du groupe est devenu énorme, sur scène c’est une tornade qui emporte tout sur son passage. ROGER DALTREY devient la star du Rock des années 70′, cheveux longs bouclés, la veste à franges d’environ quinze kilos, ouverte sur la poitrine. Il est TOMMY dans toute sa splendeur, il en est la plus belle expression visuelle.

highlander0078

La nouvelle de la guérison de TOMMY atteint le monde, les disciples affluent.

16. « Miracle Cure« 

Son pouvoir sur les foules est immense, ses sens exacerbés sont amplifiés par la multitude venue le voir. TOMMY est le Messie.

18. « I’m Free« 

 

 

Au sommet de sa popularité, il ouvre un grand camp de vacances pour ses fans, et leur dit PETE TOWNSHEND « …Si vous voulez ce que j’ai, alors devriez vous vivre la même expérience que moi. Prétendez que vous êtes sourd, muet et aveugle, assistez à des meurtres, faites ce que j’ai fait. Faites comme moi et vous arriverez au même point que moi… »

Bienvenue au camp

Je pense que vous savez tous pourquoi nous sommes ici

Mon nom est TOMMY, et je me suis éveillé, cette année

Si vous voulez me suivre, vous devez jouer au flipper

Mettre des tampons dans vos oreilles

Cacher vos yeux

Vous savez où vous devez mettre le bouchon

Image (126)X

TOMMY demande beaucoup à ses disciples, trop, ceux ci se révoltent, cassent le camp de vacances… TOMMY se retrouve seul de nouveau!!

En vous écoutant j’entends la musique

En vous regardant je reçois la chaleur

En vous suivant je franchis les montagnes

A vos pieds je connais l’émoi

Juste derrière vous je vois des millions

Sur vous je vois la gloire

Mes opinions viennent de vous

Vous me racontez l’histoire

Image (95)x

Fin 1968 THE WHO donnent un concert au Ronnie Scott Club de Londres, et jouent « TOMMY » pour la première fois devant un parterre de journalistes médusés, et de fans de jazz. La première époque du groupe est révolue, la nouvelle phase du groupe s’ouvre sous de meilleurs hospices. « TOMMY » leur ouvre les portes de la gloire. Le groupe des tubes rapides, est derrière eux. Un avenir nouveau s’ouvre à eux. Le groupe a trouvé son équilibre. Le passage des WHO au Festival de Woodstock

Image (56)B

a changé beaucoup de choses pour le groupe avec le message de « TOMMY » joué dans son intégralité, alors que le soleil se levait sur « See Me, Feel Me » devant plus de 600 000 personnes… « …Dieu était notre ingénieur lumière… » plaisantait ENWHISTLE. C’est une renaissance pour le groupe, une reconnaissance américaine avec le succès de « TOMMY ». En fin de compte, c’est sur scène que TOMMY naîtra vraiment, un peu grâce à ROGER DALTREY, à sa voix et à ses prestations.

20. « Tommy’s Holiday Camp« 

1582237284

Le concert de Woodstock, et le film qui suivit, a fait des WHO des Légendes du Rock, entrant dans le cercle fermé des plus grand groupes du monde. Pour promouvoir le double album, les WHO font la tournée des Opéras à travers le monde, au Metropolitain de New York, ils seront félicités par le Maestro Leonard Bernstein lui même. Le groupe devient immense aux Etats-Unis, une histoire d’amour qui continue de nos jours.

background

D’un seul coup tout arrive, célébrité, argent. Les WHO ne sont plus les mêmes. Ils peuvent rembourser tous les frais accumulés au fil des ans. « TOMMY » a tout changé pour le groupe et pour l’histoire de la musique Rock. « TOMMY » est un pur Chef d’Œuvre. Rien n’est à jeter, tout y est parfait. L’émotion des fans n’est pas feintes à la fin des concerts. « TOMMY » c’est la beauté et le drame introduit dans la Rock Music. C’est avec aisance que le groupe peut se pencher sur le suite de sa carrière.

tumblr_napsget2791svm0nko1_500

Le génie de PETE TOWNSHEND est reconnu par tous, il dira « …Je ne suis qu’un musicien de Rock. On a cru que je possédais les réponses aux questions, que j’en savais plus que les autres, ce n’est pas vrai, je ne suis pas un guru…« 

In Flight: Pete Townshend of The Who during a concert in 1975.

 

De nos jours encore, il est inconcevable que PETE TOWNSHEND et ROGER DALTREY, les deux seuls survivants du groupe original, ne jouent pas un ou plusieurs extrait de « TOMMY ». Mais THE WHO à deux, ne sont plus vraiment les WHO,

158306272LL177_12_12_12_Con

même si les concerts sont toujours bons, la folie de KEITH MOON, son jeu hallucinant sur sa double batterie, ses bras en constant mouvement frappant ses cymbales et ses toms comme un diable à dix bras,

keith-moon-corbis-620-80

et la démesure du jeu de basse de JOHN ENTWHISTLE, la vitesse des doigts de sa main gauche, montant et descendant sur le manche, ce son énorme et grave quasiment en solo.

21_640

Ce que l’on garde de « TOMMY » ce sont les photos de cette époque, un ROGER DALTREY à la tignasse blonde bouclée, pantalon et veste à franges,

tumblr_m1ez5evoyp1qgp873

amplifiant le moindre de ses mouvements, PETE TOWNSHEND en combinaison de pompiste, moulinant sa guitare, sautant en l’air tel un diable dans une boite.

Pete Townshend of The Who, NY, 1974

C’est ça la magie, l’alchimie des WHO, un spectacle son et lumière, plein de fureur, de bruit, d’émotion et de souvenirs…

21. « We’re Not Gonna Take It« 

THE-WHO

Bien des années plus tard, en 1989, pour le 20ème anniversaire de « TOMMY » THE WHO entamèrent une tournée aux Etats-Unis et donnèrent deux concerts évènements, l’un à New York, l’autre à Los Angeles. Le second show se déroula à l’Universal Amphitheatre, le 24 août 1989, avec de nombreux invités de marque comme Stevie Winwood pour « Eyesight To The Blind », Patti LaBelle pour « The Acid Queen », un Phil Collins totalement allumé en Uncle Ernie et Billy Idol en Cousin Kevin. De nombreux musiciens se joignirent aux WHO pour l’occasion, comme l’excellent Simon Philips à la batterie. Mais tout celà est une autre histoire, que je vous raconterais une autre fois !!!!!

Petit souvenir de 1976 (40 ans !!!)

Image (585)

who-air-guitar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.