« BIG BROTHER & THE HOLDING COMPANY » (FEATURING JANIS JOPLIN) 1966

fontana-tl5457-big-brother-holding-co-front

La légende commence ici, avec cet album, même si JANIS n’y chante pas sur tous les morceaux. Elle revient de Port Arthur, où ses amis l’ont envoyé reprendre du poil de la bête, et freiner ses consommations d’alcool et de drogue. Et c’est vrai qu’à son retour, elle se sent bien, et va  beaucoup mieux. Nous sommes en 1965.  Après divers jobs sans lendemain, elle trouve un engagement au North Beach Coffee Shop, où régulièrement elle chante avec d’autres artistes

1. « Bye, Bye Baby »  (extrait)

faisant le même style de musique, Jorma Kaukonem et David Crosby.  Jorma Kaukonem, futur guitariste du Jefferson Airplane, avec qui elle enregistre des duos de blues. C’est durant une de ses prestations au North Beach que Chet Helms, manager du groupe psychédélique BIG BROTHER AND THE HOLDING COMPANY la remarque, et l’incite vivement à rejoindre le groupe comme chanteuse.

big-brother-2

2. « Easy Rider » (extrait)

En juin 1966 elle entre dans la formation. Le groupe déjà populaire sur la Côte Ouest, et la Baie de San Francisco, le deviendra encore plus avec l’arrivée de JANIS. Il comprend Sam Andrew guitare, James Curley guitare, Pete Albin basse, David Getz batterie. BIG BROTHER tourne énormément, et tout naturellement JANIS attire tous les regards, tous les commentaires. On ne parle que d’elle. Il faut dire qu’elle transforme en or tout ce qu’elle chante, sa fabuleuse voix insuffle au groupe un sang nouveau.

3. « Intruder »  (extrait)

10653344_334763296686624_4106614985219899824_n

Par contre, les anciens fantômes de JANIS sont revenus, comme amplifiés, alcool et drogues par piqûres… Le groupe traverse de très nombreuses villes ralliant à sa cause de plus en plus de fans, sidérés par la voix extraordinaire de ce petit bout de femme. En août 1967, c’est la consécration pour JANIS et dans une moindre mesure pour le groupe, au Festival de Monterey, où les concerts de chaque groupe sont filmés pour un futur film.

10015083_334761963353424_2586523388433763194_n

4. « Light Is Faster Than Sound »  (extrait)

JANIS y est hallucinante, et met tout le monde sur les genoux avec sa grandiose version de « Ball & Chain » de Big Mama Thornton. Comme il faut battre le fer pendant qu’il est chaud, à peine deux mois après Monterey, le groupe d’enregistre un album. Ce dernier paraitra chez Columbia Mainstream Records, BIG BROTHER ayant signé un contrat en août 1966 avec cette maison de disques. Sur la pochette du 33 tours, le nom du groupe « BIG BROTHER & THE HOLDING COMPANY « . Ce n’est qu’après la mort de JANIS que pour les éditions suivantes on rajoutera, écrit en petites lettres noires « Featuring JANIS JOPLIN » 

big-brother--the-holding-company-50f5d5bdb806a

5. « Call On Me »  (extrait)

6. « Women Is Losers »  (extrait)

 JANIS ne chante pas sur tous les morceaux, mais ceux où elle chante se démarque du reste. En tout dix titres, et un grand classique « DOWN ON ME ».

Le disque est bien reçu, et se classe 60° au Billboard 200, et 28° au Top R&B Albums. BIG BROTHER devient le porte drapeau de la scène rock psychédélique Californienne, connaissant un succès croissant.

7. « Blindman »  (extrait)

1162349-janis-joplin-died-27-617-409

Mais le succès et la renommée de JANIS JOPLIN grimpe beaucoup plus vite que celle du groupe, et des tensions se font rapidement sentir.

9. « Caterpillar »  (extrait)

Ce premier album n’est pas un chef d’Œuvre, loin de là, mais il sert surtout de tremplin à cette magicienne troublante, cette bête de scène que deviendra de plus en plus, à chaque concert JANIS JOPLIN.

10. « All Is Loneliness »  (extrait)

100137joplin%20handbill%208_lg

 

 

 

***

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.