JANIS JOPLIN : « I GOT DEM OL’ KOZMIC BLUES AGAIN MAMA! » .1969

janis-kozmicblues

La séparation du Big Brother & The Holding Company, est très mal vécu par le groupe qui se sent trahit, mais par JANIS également. Ne formaient-ils pas une grande famille? SAM ANDREW un des deux guitariste du groupe, certainement plus proche de JANIS que les autres, et qui aimerait aussi se lancer vers des territoires inconnus, accepte quand JANIS lui propose de rester avec elle. Elle ressent le besoin d’une épaule connue et amie sur laquelle s’appuyer. Big Brother décide de continuer avec de nouveaux musiciens. Le producteur de JANIS est ravi d’être débarrassé de cette bande de hippies, et commence à penser à de grands musiciens de studio pour accompagner sa star. JANIS est dorénavant la première femme star du Rock et du Blues.

74933849

« Cheap Thrills » se hisse à la première place des hits. On peut lire dans un journal, « …JANIS Queen of Rock… », Une queen qui se gave de sucreries et naturellement d’alcool. Mais il reste au Big Brother et à JANIS  un tout dernier concert à New York, au Hunter College de Manhattan le 15 novembre 1968. Tout le gratin est là. Artistes, journalistes, photographes et même une équipe de tournage.

Gahr4 001

  1. 1. « Try (Just A Little Bit Harder) »  extrait

JANIS est plus que stressée, et imagine le pire. Mais la magie opère immédiatement. La salle est un chaudron brûlant, JANIS hurle, trépigne, sa courte jupe dorée remonte sur ses jarretelles, elle scande le rythme, frappe le sol de ses pieds, on la dirait complètement possédée comme une sorcière vaudoo. Des hurlements sortent de sa gorge, des cris d’agonie, de désespoir, de plaisir, de joie, d’amour. Le concert est un triomphe. C’est toute une époque qui se termine.

72aa17000d7bdd3a709c18982b76a2b5

JANIS n’est plus la chanteuse d’un groupe, c’est elle la vedette, ce qui inclue tout ce qui va avec, elle trouve des musiciens, qui seront vire remplacés par d’autres, qui seront eux mêmes remplacés. Des musiciens interchangeables, car jamais suffisamment bons pour l’accompagner . Par contre, l’argent afflue plus rapidement dans les caisses.

janis-joplin-i-got-dem-ol-kozmic-blues-again-mama-1969-21869-MLC20219323008_122014-O

Elle se fait plaisir et s’offre une Porsche 356 Super C, qu’elle fait repeindre et personnaliser. La nouvelle formation le Kozmic Band, comporte des cuivres, trompette et saxophone, JANIS veut jouer sur le terrain d’Otis Redding et d’Aretha Franklin.

2. « Maybe » (extrait)

janis_joplin_wide-340f393166b60120eed940c542e78f02010ad9b1

Mais être le patron, et responsable d’un groupe sont des choses nouvelles pour JANIS, elle doit prendre des décisions, expliquer de quelle manière elle souhaite que ses musiciens jouent, et ce n’est pas chose facile. Elle se sent vidée, son manager demande à Mike Bloomfield de l’aider dans le choix des musiciens. Puis vient le temps des premières répétitions, à part le fidèle et excellent SAM ANDREW, derrière ce n’est pas vraiment ça !!!

janis-joplin-4

3. « One Good Man »  (extrait)

Aucun musicien ne sort du lot et imprime un style bien à lui, le groupe est quelconque. Hors, JANIS et son nouveau groupe doivent se produire quelques jours plus tard, le 21 décembre à Memphis pour la Convention Annuelle des Disques Stax, (le label d’Otis Redding) où figureront Albert King, Booker T & The MG’s, Carla & Rufus Thomas.

janis021113a

Pour JANIS c’est un mélange d’excitation et de peur. La prestation du groupe est mauvaise, JANIS fait pourtant le maximum, elle a gardé ses grands succès pour le rappel. Gros Problème, il n’y a pas de rappel, les applaudissements sont peu nombreux. La presse n’est pas tendre. On peut lire dans Rolling Stone Magazine :   « …JANIS JOPLIN est morte à Memphis… ». De nouveau on assiste à un changement de musiciens et le groupe devient le Kozmic Blues Band,

Janis-Joplin

il répète jour après jour pendant un mois en vue de la tournée sur la Côte Est. Deux dates sont prévues au Fillmore East pour se roder. Les concerts affichent complets, mais les musiciens ne sont pas encore au top et manque cruellement d’expérience. JANIS encore une fois, malgré une forte consommation de drogue et d’alcool, fait le show à elle seule, et présente son nouveau groupe sous le nom de JANIS Et Les Branleurs

janisjoplin-at-fillmore-east-2-11-69-1-_custom-7d27746a3409d6c25fd73b98c454ef943e800f46-s3-c85_zps00735ae4

4. « As Good As You’ve Been To This World »  (extrait)

… La presse en présence d’un groupe pas encore homogène se montre moins virulente. Pour les journaux, c’est un groupe disparate monté rapidement, et curieusement, cette même presse en vient à regretter le Big Brother. L’état psychique de JANIS n’est pas bon, elle consulte médecins, psy, mais rien ni fait. Son mal être est trop fort. Son meilleur traitement reste la scène, alors afin que le groupe trouve ses automatismes et de la cohérence,

joplin-Evening-Standard-Hul

JANIS tourne dans de petites villes, avant de s’attaquer aux grandes cités. Mais la drogue l’emporte une fois de plus, JANIS fait une overdose début 1969, dont elle se remet très vite. Un saxophone baryton est incorporé au groupe, mais rien ni fait, la mayonnaise ne prend décidemment pas. L’idée de devenir une vieille alcoolique la traumatise. Fin mars début avril JANIS s’envole pour l’Europe avec son groupe, tout le monde est enchanté.

kosmik

Les européens qui découvrent JANIS sont aux anges, les critiques également. Le groupe est plus décontracté, JANIS en profite et reprend de l’héroïne à en redevenir dépendante, seule moyen selon elle pour se sentir mieux, et en paix avec elle même. Le groupe fait l’Olympia de Paris, le Royal Albert Hall de Londres, et triomphe à chaque concert. Le groupe gagne en cohésion et en décontraction,

jj

5. « To Love Somebody »  (extrait)

JANIS est heureuse et Londres est en Europe la ville où circule la drogue. Mais JANIS est habile et parvient à dissimuler (sauf à son proche entourage) son addiction à l’héroïne, alors que tout le monde connait son penchant pour la bouteille. SAM ANDREW est heureusement sauvé d’une overdose. La troupe repart aux Etats-Unis. En mai 1969 JANIS fait la couverture de Newsweek sous titrée « La Renaissance du Blues ».

tumblr_ly28tkJyjs1r1q96c

L’enregistrement du nouveau disque approche. Les musiciens sont quelque peu lâchés comme dans une fausse au lion, sans ligne de conduite, c’est un peu le grand n’importe quoi. Les morceaux leurs semblent trop identiques, mêmes structures, mêmes styles. De nouveaux changements s’opèrent encore au sein du groupe. Pour JANIS c’est trop de responsabilités et pourtant, il s’agit de son premier disque solo, c’est important. Et c’est un disque de Blues. Le titre du disque « I GOT DEL OL’ KOZMIC BLUES AGAIN MAMA! ». On est loin du son du Big Brother, et ses envolées de guitares acides, pour se rapprocher d’un groupe de cuivre, avec orgue plus proche de la Musique Noire Américaine.

tumblr12

6. « Kozmic Blues« 

La photo de la pochette est confiée au photographe Bruce Steinberg, Crumb cette fois-ci s’occupe que du lettrage. Malgré tous les désagréments, les soucis, l’album est le plus personnel de JANIS, on y trouve une merveille « TRY (JUST A LITTLE HARDER) » où la voix de JANIS s’envole vers les étoiles, d’ailleurs elle est éblouissante sur tout les morceaux, seuls, les cuivres sont un peu trop envahissants. « ONE GOOD MAN » avec un grand SAM ANDREW épaulé par Paul Butterfield, non crédité sur la pochette,

jj03

« LITTLE GIRL BLUE » le « Summertime » de l’album. Après l’écoute du disque il reste en bouche un goût un peu mitigé, JANIS y est fabuleuse, son chant est palpable, grandiose, rempli d’humanité et de toute cette détresse qui l’habite. Globalement je trouve l’album plus tôt bon, un peu trop noyé dans des cuivres trop présents. Pour d’autres dans l’entourage de la chanteuse c’est « …Un bruyant Staccato d’incohérence musicale, dominé par une section de cuivres.. »

ZZ035

SAM ANDREW ne comprend pas sa place au milieu d’une bande de tacherons peu concernés par le projet. Il décide de quitter JANIS sitôt qu’elle lui aura trouvé un remplaçant, mais c’est très pénible pour lui, et durant un concert à New York, il quitte la scène avant la fin, et partira rejoindre Big Brother And The Holding Company. JANIS le remplace par John Till. Ce qui ne les empêche pas de rester amis.

janis-kozmicblues

7. « Little Girl Blue« 

L’album sort le 11 septembre 1969, et c’est une réussite commerciale. Il monte à la place du Billboard à la mi-octobre, et reste classé durant plus de quatre mois.  Début juillet le groupe joue au Festival Pop d’Atlanta, puis revient sur New York se produire au Forrest Hill Stadium. Mais JANIS a l’impression que la presse s’intéresse plus à tout ce qu’elle fait qu’à la qualité de sa voix, car avant tout, elle est une chanteuse, et c’est uniquement sur sa voix et ses prestations en concerts qu’elle veut être jugée.

MTE4MDAzNDEwNTc4MDgxMjk0

Par contre même si ses plus proches amis essaient de lui parler de sa dépendance à l’héroïne, elle les envoie bouler sans ménagement, et même très violemment. Quand elle n’a plus de drogue, il lui reste l’alcool, et toutes les sucreries. En été 1969, le monde a les yeux braqué sur la lune, et sur le premier homme qui y marche. Ceux qui ne les ont pas, se préparent à la saison des grands festivals Rock. Après Atlanta, c’est Woodstock et sa prestation en demie teinte, avec une JANIS « cuite », défoncée et saoule, éclairée par les projecteurs, alors que le groupe reste dans l’ombre. La prestation n’est pas très bonne, tout est noyé par les cuivres, heureusement John Till est un très bon guitariste. Mais qu’il semble loin le Festival de Monterey

jj021315

Le temps des grands festivals connait sa fin avec la tragédie du concert d‘Altamont, durant lequel un Hells Angels poignarde à mort un spectateur noir. Les années Hippies semble loin derrière, la violence émerge à toute vitesse. En août 1969, Charles Manson et ses sbires, s’introduisent dans la maison de Roman Polanski, et y massacrent la femme du réalisateur et quatre autres personnes, inscrivant en lettres de sang PIG (cochon) sur les murs. Tout cela ne fait que discréditer le mouvement hippie et sa musique.

easy-rider-poster_41982_30362

8. « Work Me, Lord »  (extrait)

La même année sort sur les écrans du monde « Easy Rider », et sa grandiose bande musicale, vision de l’Amérique anti-jeunes, anti-hippies, anti tout ce qui ne lui ressemble pas, donc surtout la jeunesse. Jerry Rubin, militant libertaire, antimilitariste américain des années 60 à 70, écrira dans son livre « Do It » : « …L’apathie, le désespoir, le cynisme et la solitude se mirent à dominer, et nous oubliâmes qui nous étions devenus… »

janis-joplin-etoile-13-reporters

Remerciements à Jean-Yves Reuzeau pour sa belle biographie de JANIS JOPLIN parut aux éditions Folio, qui m’a beaucoup servi !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.