Les Grands Albums : RUTH COPELAND « I Am What I Am » 1971

La toute première fois que j’ai entendu parler de ce disque, c’était sur les antennes de RTL, durant une émission « Mythique » du génial Jean Bernard Hebey  « Poste restante ». Emission durant laquelle le journaliste nous faisait écouter les sorties digne d’intérêt, ses coups de cœur, qu’ils soient français, anglais ou américains. Et un soir de 1971, Hebey nous parla de la sortie US de l’album de RUTH COPELAND « I Am What I Am ». Une belle jeune femme brune, simplement vêtue d’un maillot deux pièces de style indien (dixit la pochette du disque)

Ruth-Copelandlp ouvert

Et la jeune personne balançait sa hargne sur un album, rock, funk soul, sur une musique explosive, jouée par des monstres de technique et de feeling…

Et J.B. Hebey nous fît écouter les trois morceaux les plus fameux de l’album, deux reprises des Stones « Gimme Shelter » et « Play With Fire », ainsi qu’un morceau composé par la dame « The Medal », titre parlant des soldats américains tués pendant la guerre du Viet Nam.

Deux jours après j’allais à feu la Fnac Chatelet à Paris pour m’acheter la galette en import US. Quelle claque monumentale!! Ca envoyait grave, très grave! Et rien que les trois morceaux cités précédemment justifiaient à eux seuls l’achat du disque.

ruth copeland

RUTH COPELAND est née dans le Nord Est de l’Angleterre à Durham, et commence sa carrière comme chanteuse folk et blues. Elle épouse le producteur de la TAMLA MOTOWN: Jeaffrey Bowen et devient tout naturellement la première artiste blanche à être signée par la maison de disque. Elle fréquente assidument les membres de Parliament -Funkedelic, pour qui elle co-écrit de nombreux morceaux, chante et enregistre et toune dans le début des seventies. RUTH envisage à ce moment de faire une carrière solo, et c’est avec les membres de Parliament et Funkadelic qui viennent de splitter qu’elle donne des concerts. Elle assurera les premières parties de Sly & The Family Stone. Les ex-musiciens deviennent son propre groupe et le groupe enregistre en octobre 1970 le premier album solo de RUTH « AUTO PORTRAIT ».

Et finalement en 1971, toujours avec les musiciens de G. Clinton ( Parliament-Funkadelic), elle sort la Bombe « I AM WHAT I AM ».

Ruth_Copeland_I_Am_What_I_Am

Tout y est léché au millimètre près, les musiciens sont inspirés, et maîtrise avec fulgurance leurs instruments. Les guitares sont précises, rock et funky, hypnotiques, la section rythmique viscérale, épileptique, folle, mais toujours d’une précision diabolique. Tout est absolument en place, et à la bonne place.

Un album suivra en 1976 TAKE ME TO BALTIMORE, mais la dame aura du mal à rester au top et prendra une retraite prématurée…

Extrait des Paroles de « THE MEDAL »

…A telegram for me, Sir?
What does it say?
« Killed in Action »
Oh God he’s dead…

I’m to go to Washington…
…to get his award from the President
and to hear his speech…
…on how this country needs more men to die like him…

Oh no!!!

Can this medal love me in the morning?!
Can this medal replace my dreams and plans?!
Oh, can your medal kiss me […]
No! Your piece of gold cannot replace my man…

Never!!!

Extrait « Gimme Shelter »

Extrait « Play With Fire »

Voici les musiciens ayant participé à l’album I AM WHAT I AM.

Basses:    Billy Nelson, Dawn Hatcher

Drums:     Tiki Fulwood

Guitares:  Eddie Hazel, Ron Bykowski, Ray Monette

Orgues:    Bernard Worrel, Dave Case

Piano:       Bernard Worrel

Vocaux:     Ruth Copeland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.