C’était hier… GROUNDHOGS. « SPLIT » 1970

C’est à Londres en 1962/63 que l’on trouve les premières traces du groupe. Tony Mc Phee guitares, Pete Cruickshank basse, John Cruickshank chant, harmonica, Bob Hall piano et David Boorman batterie. Le groupe s’appelle « The Dollar Bills »

The-Groundhogs-Split-61385

Tony Mc Phee les oriente vers le blues et suggère le nom de « GROUNDHOGS » en référence à un titre de John Lee Hooker (Les Marmottes). A cette époque le groupe vit surtout des sessions d’accompagnements de bluesman en tournée en Angleterre, John Lee Hooker, Jampion Jack Dupree, Little Water et Jimmy Reed. Durant la tournée de John Lee Hooker 1964, le groupe portera même le nom de John Lee Hooker’s Groundhogs.

Grounkkkdhogs

GROUNDHOGS donne un maximum de tournées et écume tous les circuits blues existants. Grace à Hooker, GROUNDHOGS obtient son premier contrat, et sort un single « Shake It » sur le label Interphon.

Le premier album du groupe sort en 1968 « SCRATCHIN’ THE SURFACE ». C’est un pur album de blues. Le groupe se compose alors outre de Tony Mc Phee, du bassiste Peter Cruickshank, du batteur Ken Pustelnik, et de l’harmoniciste Steve Ryes. La guitare et la voix de Mc Phee font merveilles.

Groundhogs -- Split3

1969, le second album voit le départ de Ryes « BLUES OBITUARY » est joué en trio, la formule magique. Le blues s’y fait moins traditionnel, et le groupe ouvre une porte menant à une musique plus rock.

gh-live at leeds

1970, « THANK GOD FOR THE BOMB », intégralement composé par McPhee, sort en mai et entre dans les charts, après la diffusion du titre  « SOLDIER » par Jon Peel durant son émission radio dominicale. Il s’en vend 30 000 copies. Le groupe est devenu blues-rock, et la formule trio lui va à ravir. Chacun assurant sa partition avec brio, dextérité et puissance. Tony Mc Phee est vraiment un remarquable guitare, trop souvent absent des classements des meilleurs instrumentistes. Mais patience, les choses vont changer….

T_S McPhee

1971 « SPLIT » s’éloigne encore un peu plus du blues, et devient résolument rock. Le disque entre directement dans les charts et atteint la 5ème place. Sans le manque de réactivité de la maison de disques qui n’a pas réapprovisionné suffisement rapidement les disquaires, « SPLIT » aurait atteint la première place des hits… Il reste tout de même 27 semaines dans les charts, il s’en vend 100 000 exemplaires,  devient disque d’Or et devient le 6ème album le plus vendu de l’année 1971. Et Tony Mc Phee est même élu 5ème meilleur guitariste de l’année !!!!!!!

ground

Considéré à juste titre comme le meilleur album du groupe, la face 1 du disque est composée d’un seul titre « Split », divisé en quatre parties distinctes. Le son de la guitare est sale et rocailleux, les chorus inspirés, les nombreux breaks tonitruants. » SPLIT 1″ introduit magnifiquement le disque, guitares et basses jouent et « chorusent » à l’unisson, éclatées par les coups de cymbales, l’impression en est presque jazzy, avec un air de Ten Years After apocalyptique!

« SPLIT2 » et son intro à la pédale wha-wha distordue introduit un thème que n’aurait pas renié les Cream, cassés par d’autres thèmes complètement différents, du style Jethro Tull période Stand Up mais sous acide, et envahi par une guitare possédée.

« SPLIT3 » calme un peu le jeu avec son orgue en ouverture, un tempo moins rapide et sa guitare acoustique.

Chaque morceau contient plusieurs tiroirs, à la manière des groupes progs, chaque tiroirs un thème différent qui vient s’enchainer au précédent, pour rajouter quelque chose de nouveau.

« SPLIT4 » et son style boogie-rock-blues achève cette immense première face, avec un magnifique chorus de McPhee.

Et même si la suite est moins intéressante, moins fouillée, elle renferme quelques perles tel ce « CHERRY RED » endiablé,

et une très belle version du « GROUNDHOGS » de John Lee Hooker.

D’autres albums suivront, de moyen à très bon, mais « SPLIT » reste définitivement l’album de GROUNDHOGS à posséder dans sa discothèque.

The-Groundhogs-Split-61385

Quant au groupe, il est « Still Alive And Well » comme disait notre ami Johnny Winter….

groundhogs2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.