C’était hier… HAWKWIND : DOREMI FASOL LATIDO. 1972

Hawkwind+-+Doremi+Fasol+Latido+-+Front

Tout d’abord ce ne fut qu’un regroupement de « marginaux » de « freaks » de Notting Hill à Londres, formés par DAVE BROCK et NIK TURNER, surtout spécialisés dans les improvisations sous acide, ou autres substances de même acabit, le tout autour d’un thème, ou d’un riff de base. Quand sort le premier disque, en 1970, HAWKWIND possède déjà un noyau pur et dur de vrais fans, surtout à Londres, HAWKWIND premier groupe défoncé, destroy d’Angleterre. La même année, ils participent au festival de l’Ile de Wight, sans que leur nom ne figure à l’affiche. Ils sont simplement venu pour jouer, et l’on fait gratuitement. Un NICK TURNER intégralement peinturluré en couleur argent, fit les délices de la presse nationale, à l’affut de tout ce qui pouvait se passer d’étranges, d’incongrus et d’excentriques dans ce « zoo » musical. HAWKWIND a une réputation à tenir, jouer n’importe où, n’importe quand, et bien sur gratuitement, pour peu qu’ils le fassent pour une cause vers qui allait leur sympathie.

hawkwind-live-72

Quelques arrestations pour usage de drogues et autres produits illicites, font le bonheur des tabloïdes et surtout cimentent leur légende, auprès d’un public aussi attiré, si ce n’est plus par leur philosophie, leur manière de vivre, que par leur musique. Le groupe valide tellement cette « étiquette », que le second album « IN SEARCH OF SPACE » entre dès sa parution en 1971 dans les charts anglais. L’album devient l’archétype du disque du groupe. Der riffs répétitifs, hypnotiques, des envolées de claviers dignes des films de science fiction. La musique est rock mais spatiale, elle nous conduit à travers la galaxie d’univers en univers. Nous traversons les infinis dans d’immenses vaisseaux spatiaux… Mais attention la musique d‘HAWKWIND est tout sauf gnangnante, elle est rock, brutale, violente. C’est un spectacle visuel……..

staciahawkwind1

La section rythmique est puissante, hypnotisante, basse et batterie font vrombir le vaisseau, et le maintiennent toujours vers son cap, à des vitesses folles. La guitare en comparaison avec d’autres groupes travaille peu dans les solos, elle assure sa ligne au sein du morceau, émettant par moments des chorus hard rockiens, le tout sur les nappes de synthétiseurs planantes. En 1972, il donne un de leur plus grands concerts au Roundhouse de Londres pour les Greasy Truckers Party, une organisation de musique alternative. Leur amour pour la science fiction grandit encore, et le très célèbre écrivain anglais Michaël Moorcok, un de leur plus anciens fans, auteur entre autres d’Elric le Nécromancien », » de  Dorian Hawkmon » de « Corum », décide de travailler avec eux, en leur écrivant des textes.

hawkwind4

En 1972 la « Bible » apparaît « DORE FASOL LATIDO«  , troisième album du groupe de space rock britannique HAWKWIND sorti  sur le label United Artist. Les musiciens de ce nouvel album sont

Hawkwind+-+Doremi+Fasol+Latido+-+Back2

Sur les titres bonus :

hawklem1

A peu près à la même époque le groupe s’adjoint les services de deux danseuses dont « Stacia », qui sur un des côtés de la scène dansera nue, ou tatouée dans un rond le lumière, quelquefois stroboscopique. Ses talents, et sa généreuse plastique comblera même les vieux fans…. Et c’est surtout le premier disque avec Lemmy, ancien road-crew de Jimi Hendrix.  « DORE FASOL LATIDO«  est l’album que tout le monde attendait. La couverture du disque représente une sorte de bouclier noir et argent. Les pochettes intérieures représente des guerriers que l’on pourrait croire sortit d’un ouvrage de Moorcock, ou d’un roman de Conan le Barbare. le dessin de la pochette arrière est plus futuriste.

stacia-1

 » La saga de « DOREMI FASOL LATIDO » est une collection de chants rituels de l’espace, de chants de bataille, et de chants stellaires de louanges, utilisés par le clan de la famille HAWKWIND durant leur voyage épique pour la terre de Thorazin. La légende raconte comment les derniers Hawklords ont vaincu contre la tyrannie des Forces de la Corruption pour la victoire du Droit contre le Mal. Et dans la plénitude des temps, la prophétie doit être accomplit, et les Hawklords doivent retourner sur terre pour frapper les Forces Obscures, les fouetter,raser les villes et les transformer en parc, car la paix doit être pour tout le monde. Car il est écrit que l’Epée est la clé du Paradis et de l’Enfer »

Hawkwind+-+Doremi+Fasol+Latido+-+Front

L’album est très bien reçu par la presse et entre à la 14ème place des charts. Lemmy dira « …J’ai appris à jouer de la basse sur scène avec HAWKWIND… » Le disque s’ouvre sur le titanesque « Brainstorm« .

 

Morceaux que de nos jours encore il est impossible au groupe de ne pas jouer en concerts. Plus de onze minutes de pilonage rythmique; obsédant, entre folie et infini inter sidéral. Le groupe jouera le titre de nombreuses fois, dans une version écourté, pour différentes émissions de radio de la BBC. Les paroles du second morceau « Space Is Deep » sont de M. Moorcock.

 

hawkwind.3

La première partie, ballade quelque peu planante, acoustique et vocale, jouée par Lemmy et Brock, introduit la suivante où le groupe a rejoint les deux musiciens pour une traversé se l’espace. Sur « Lord Of Light »

 

inspiré par l’écrivain Roger Zelazny, la musique est plus virile, plus méchante, la basse de Lemmy est très présente. On frôle le speed hard rock avec toujours des grands moments psychédéliques. « Down Through The Night »

est une autre pièce acoustique, avec flûtes, echo et nappes électroniques. Véritable hymne au voyage, nous emmenant très loin de la Terre, vers l’infini sidéral… « Time We Left This World Today »

est un morceau divisé en quatre parties. Tout d’abord une lamentation, puis un instrumental quelque peu dissonant amenant le mouvement suivant, pourvu d’une basse surpuissante et des échanges de guitares qui reviennent au premier thème. « Time We Left This World Today«  titre résolument métal, saxophones saturés, répétitions en boucle, voyage hypnotique dans les constellations où l’improvisation est de mise ainsi que la lourdeur. Et toujours omni présence de Lemmy à la basses et aux chœurs. Un morceau résolument métal.

Lemmy 1973_ 1063B_17a

Plus que jamais le terme Space-Rock définit à merveille la musique de « HAWKWIND« .  Le titre « DOREMI FASOL LATITO », fait référence à La Musique Des Sphères, concept créé par Pythagore, et aux autres bizarreries de l’artiste graphique Barney Bubles.

Hawkwind+-+Doremi+Fasol+Latido+-+Front

La presse musicale  reçoit l’album chaleureusement. La musique est une lame de fond, une énorme et surpuissante déferlante, dans laquelle viennent chavirer des vaisseaux d’autres galaxies. Tout en rock et boogie blues binaire, ô combien efficace, mélangé à un rock métallique psychédélique poussé à ses limites… Rock Spatial est le terme qui convient le mieux au groupe, et la différence qui existe entre les ballades hallucinogènes et planantes et le reste de l’album, plus lourd, plus gigantesque, n’en est que plus frappante, et que plus évidente pour qui connait « HAWKWIND« . On peut dire que le disque est un concept album, sur les différentes batailles des Hawklords contre les Force du Bien et du Mal.

space ritual

Le succès du disque incitera » HAWKWIND » à sortir un double live l’année suivante, le monstrueux « Space Ritual », classé parmi les grands live de l’histoire de la Musique.

Classique du rock Psyché « DOREMI FASOL LATIDO » est un album indispensable dans l’histoire de la musique rock, même pour les amateurs de Progs…

hawkwind

Avis aux amateurs, « HAWKWIND » est toujours en activité, de nombreux musiciens sont partis, d’autres sont arrivés, mais l’état d’esprit est resté intact….. et le vaisseau continue ses voyages, loin, très loin dans l’univers…

hawkwind2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.