DVD. TONY KAYE : « AMERICAN HISTORY X ». 1998

american_history_x_ver2-c412d

Il est des films, qui sont de véritables coups de poing, ils vous laissent groggy, abasourdi, sans voix, la gorge serrée et le cœur battant la chamade. « AMERICAN HISTORY X » fait parti de ceux là. C’est un film qui « fait mal », mais qui fait du bien également… Une image bien spécifique d’une certaine Amérique, que l’on aimerait fausse, inventée, mais qui pourtant est bien réelle, et que l’on pourrait hélas d’ailleurs trouver dans d’autres pays du monde.

09

Des images de haine, de violences, de barbaries, de brutalités primaires, juste pour des questions de racisme. Un sujet ô combien toujours d’actualité!!! Dans « AMERICAN HISTORY X », toutes les scènes du passé, tous les souvenirs sont en noir et blanc, toutes celles qui se déroulent maintenant sont en couleurs, et le film est composé de nombreux flashbacks on est donc dans un ballet incessant de lumières et d’obscurité.

American-History-X--edward-norton-147646_1024_768

Dès la première scène du film, en noir et blanc, on se retrouve dans un univers de violence, de brutalité, de haine, quasiment insoutenable.

L’ambiance du film s’impose clairement. On est aspiré dans une vraie spirale, où n’existe que la haine. EDWARD NORTON est remarquable, fascinant dans ce personnage de néo-nazi, crâne rasé, musculature sèche, une croix gammée tatouée sur la poitrine, et d’autres sur les bras et le dos. Le regard fou.

American_History_X-03

Tout le long du film, on l’entend débiter les insultes, les inepties du raciste de base, bête et méchant, alors qu’il est loin d’être stupide, bien au contraire, mais il a subit un traumatisme dans son adolescence, il a perdu son père pompier, déjà lui même raciste, tué en essayant de sauver une maison où habitait des afro-américains. Ca il ne le supporte pas, il ne le comprend pas, et c’est sur ce traumatisme qu’il s’est créé son ressentiment, puis sa haine, alimentée par son entrée dans un groupuscule néo-nazis, prônant la suprématie de la race blanche, de plus il est certain de détenir LA vérité.

3002324707_1_12_wam4KaAs

EDWARD NORTON est fabuleux, vraiment, complètement habité par son rôle. D’ailleurs tous les acteurs sont extraordinaires, ils semblent portés par l’importance de ce film, par sa force, par ce qu’il dénonce. A travers une famille modeste, le réalisateur TONY KAYE (né dans une famille juive orthodoxe) tente de nous raconter les origines de ce Mal, qui gangrène toute la société américaine. 

560113fc1ed57

  Comme je vous l’ai dit au début, ce film est un coup de poing, il choque, il dérange, essayant d’analyser et de comprendre les raisons de toute cette violence aussi bien physique, mentale et verbale. ELLIOTT GOULD un des professeurs de Derek en fera d’ailleurs les frais durant une scène où la famille est à table, et que la discussion s’envenime.

cap001-02

L’évolution entre le Derek d’avant la prison, et celui d’après, est phénoménale. Car en fin de compte durant ces trois ans d’incarcération, il se détourne du groupe de prisonniers néo-nazis, car aucun d’eux n’a vraiment la foi, dealant avec les mexicains, ne respectant pas leur idéologie.

american-history-x-edward-norton-5-rcm0x1920u

Le seul homme avec qui il arrive avec difficulté au début, à parler, puis à se lier est un noir…

6_qmd8p

Quand il sort de prison, ce n’est plus le même homme, ses cheveux ont poussé, ses idées ont changé, il n’est plus aveuglé par une pseudo idéologie qu’il juge maintenant malsaine. Mais son jeune frère toujours admiratif de lui, suit la voie qu’il tenait avant, et ça il ne le veut plus… Le jeune frère Daniel, c’est EDWARD FURLONG, magnifique également tout au long du film.

american-history-x-98-03-g

Car une des choses intéressantes  est qu’une des visions du film se fait au travers du regard de Daniel, qui doit faire un devoir sur son frère ainé. C’est vrai par moment ce film fait mal, mais c’est un mal salutaire, il nous prend à la gorge, on a du mal à respirer. Quand Derek perd son Papa, il est encore jeune, maléable, la colère sourde en lui, et le chef du groupuscule nazi, Cameron Alexander, interprété par STACY KEACH devient son mentor, son guide,son père par défaut,

Stacy-Keach-as-Cameron-Alexander-american-history-x-38821281-1920-1080

et peut ainsi pervertir son âme, lui inculquant des idées perverses, haineuses, nazies. C’est lui, qui lui indique la voie de la violence en lui désignant les pseudos responsables de tous les maux des vrais américains blancs, sur lesquels il pourra exprimer sa violence. La force de « AMERICAN HISTORY X » est de ne pas juger, il ne fait que dénoncer le racisme et sa spirale infernale.

American_History_X_1998_7439327

« …Cherchant à venger la mort de son Père abattu par un dealer Noir, Derek a épousé les thèses racistes d’un groupuscule de militants d’extrême droite, et s’est mis au service de son leader, brutal théoricien prônant la suprématie de la race blanche.

56011385b7312

Un soir, il abat sauvagement devant les yeux de son jeune frère Danny, deux Noirs qui tentaient de lui voler sa voiture.

big_1409272324_1382538625_image

Son incarcération va bouleverser ses croyances et à sa sortie de prison, il n’est plus le même. Mais Danny a rejoint à son tour les anciens « amis » de son frère ainé… »

tumblr_nroj2xNyAf1tg1y19o1_500

La rédemption est une route pavée d’obstacles, et n’ai jamais gratuite, Derek a du chemin à faire,

1264_1

car avec ses anciens camarades, ils cumulaient tous les racismes possibles, surtout l’adoration du IIIème Reich et d’Adolph Hitler, dans ses formes les plus violentes, les plus extrêmes.

large-screenshot2

Mais la rédemption n’en sera que plus belle et plus difficile. Les images du film sont splendides, les mouvements de caméra, et les plans sont léchés. Durant tout le film on est collé à son siège, on ne peut pas bouger, comme hypnotisé par ce que l’on voit sur l’écran.

American-History-X--edward-norton-147646_1024_768

Les deux acteurs NORTON et FURLONG sont extraordinaires de réalisme. EDWARD NORTON passé le dernier tiers du film, devient bouleversant, inondé de peur, de chagrin, cherchant par tous les moyens à sortir son petit frère de cette plongée en enfer, dont il redoute l’issue finale.

americanhistoryx

TONY KAYE pour un premier film, nous pond un Chef d’Oeuvre,  je n’ai pas peur de le dire, une plongée terrible dans l’enfer d’une Amérique qui nous semble si loin de nous, et pourtant …. La haine ne connait pas de frontières…Et pas de limites!!! la dernière phrase du film, est tirée de la rédaction que Danny doit rendre  au principal du lycée

Avery-Brooks-as-Dr-Robert-Bob-Sweeney-American-History-X-star-trek-actors-23281976-672-352

On entend la voix de Danny,

large-american-history-x-blu-ray2

sur des images de mer, affleurant le sable, et là, les larmes nous viennent aux yeux…

American%20History%20X-168611

EDWARD NORTON a été nominé pour les Oscars, dans la catégorie Meilleur Acteur pour ce film.

***

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.