BRUCE SPRINGSTEEN : « ACCOR HOTEL ARENA ». 13/07/2016

River_Tour-france

Et oui, le POPB, Palais Omni Sports de Paris Bercy, a changé de nom, désormais il se nomme l’ ACCOR HOTELS ARENA. Bon, ce n’est pas vraiment important, puisqu’il reste toujours un salle de concerts. Mais c’était plus court à dire …Et bon Dieu, qu’est-ce-que j’ai pu en voir des concerts dans cette immense salle…

k4OmJuRJUW_M1_GR2nZAsoXXXL4j3HpexhjNOf_P3YmryPKwJ94QGRtDb3Sbc6KY

BRUCE jouant le lundi et le mercredi,  nous avions choisi le second concert, pour des raisons de travail de ma douce et tendre. Bien nous en a pris, puisque durant le concert du lundi, BRUCE n’a pas joué l’intégralité de « THE RIVER », et qu’en plus il y eut une panne d’électricité. Le « E STREET BAND » et son BOSS ont fait sauté les plombs, avec une demie heure de coupure de jus, et l’arrêt définitif des écrans géants. Ce n’est pas ce qu’il y a de mieux durant un concert, ça casse le rythme et l’ambiance…

bruce-springsteen-and-the-e-street-band-live-at-madison-square-garden-12716-db5f50abc67b4d21

Par contre le concert du mercredi, fut absolument parfait. Beaucoup de monde, et BRUCE qui nous annonce que le groupe va jouer ce soir THE RIVER entièrement. Ouah, pour une nouvelle, c’est une bonne, même très bonne nouvelle! L’Arena se remplit petit à petit,

2016-07-13 N° 2 THE BOSS 003

et à 19 h 40, les lumières s’éteignent, une clameur comme je n’avais plus entendu depuis Alexandre Le Grand, enfle et gronde, le groupe rentre sur scène par un petit escalier, deux par deux  SOOZIE TYRELL,

IMG-4537

JACK CLEMONS, le neveu du regretté Big Man,

Jake-Clemons-1

MAX WEINBERG,

505767998

CHARLES GIORDANO,

charlie pic

ROY BITTAN,

fU0gpEgH

NILS LOFGREN,

intro1RGB

LITTLE STEVE VAN ZANDT,

svz-624-1381248325

GARY TALLENT,

tallent

et bien sur le BOSS.

Bruce Springsteen performing on his 'The River Tour 2016' at Santiago Bernabeu Stadium Featuring: Bruce Springsteen Where: Madrid, Spain When: 21 May 2016 Credit: DyD Fotografos/Future Image/WENN.com **Not available for publication in Germany, Poland, Russia, Hungary, Slovenia, Czech Republic, Serbia, Croatia, Slovakia**

Au départ cette tournée est née pour promouvoir aux USA, la sortie du coffret « THE TIES THAT BIND. THE RIVER COLLECTION », magnifique objet de la taille d’un coffret pour 33 tours contenant, les versions re-masterisées du double album original, un CD intitulé « The River » Single album, un CD de versions alternatives et de outtakes, un BluRay ou DVD de « The Ties That Bind » Le Documentaire, et un autre DVD ou BluRay selon la version choisie : »The River Tour, Tempe 1980, comprenant pas moins de 25 titres, en 5.1 Dolby Digital !!!!! Le genre de coffret I.N.D.I.S.P.E.N.S.A.B.L.E à tout fan du BOSS!!!

324080-emp

Donc uniquement une petite tournée américaine pour la promotion de ce coffret, SPRINGSTEEN après quelques conversations avec son staff, en vient à la conclusion, que les répétitions pour un mini tour de deux, trois ou quatre dates, et pour une grande tournée internationale,

Image (823)

sont les mêmes, du coup autant se lancer dans le genre de tournées qu’affectionnent le groupe, et qui les fait voyager de pays en pays. Et bien entendu, deux dates furent décidées pour ce petit pays européen qu’est la France.

Image (822)

Donc au mois de mars 2016, Papy achète deux places sur internet, places assises, je n’arrive plus à rester deux ou trois heures debout, serré, balloté à droite ou à gauche, il me faut mon confort, et ma moitié idem. On a plus l’âge de jouer aux petits jeunes. Nous voici donc assis dans les gradins S au onzième rang, place 10 et 11, tout fébriles, surtout moi, à l’idée de revoir le BOSS que je n’avait pas revu depuis un bon paquet d’année. Pour Magdaléna c’est son baptême, premier concert de BRUCE.

8968271

La clameur qui sourde à l’extinction des lumières est impressionnante, on est submergé par un flot d’émotions que je n’ai connu qu’avec Magma, Motörhead et The Who. Et ça commence avec un titre que je ne connais pas « ICE MAN » peut être un nouveau titre, le groupe est parfaitement en place, le son est très fort, mais très distinct et clair, le public est en délire, et ce n’est que la première chanson!!! Un « LUCKY TOWN » très rock s’enchaîne après un « One, Two, Three, Four » du BOSS, morceau extrait d’un des deux albums « maudits » puisque joués sans le « E STREET BAND » mais avec des requins de studios de l’époque, mais qui contient malgré tout de remarquables morceaux.

7784071180_bruce-springsteen-a-donne-un-concert-memorable-le-11-juillet-2016-a-l-accorhotels-arena

Et à la fin du titre, BRUCE s’approche du micro et nous dit avec son magnifique accent : « Pour vous ce soir, nous allons jouer ‘THE RIVER » en entier, pour Parisse… » Enorme clameur, et c’est parti pour ne plus s’arrêter, dans l’ordre de l’album d’origine « THE TIES THAT BIND »  « SHERRY DARLING »  « JACKSON CAGE ». « TWO HEARTS » fait se lever toute la salle.

Boss_2048x2048

La version d« INDEPENDENCE DAY » est splendide et particulièrement émouvante, introduite par le BOSS, qui y parle de son Papa, j’ai la chair de poule, tout l’Arena chante avec lui. Somptueux, grandiose, des larmes pleins les yeux, je pense à mon Papa… Très grand moment d’émotion, pour BRUCE y comprit, ça se sent. Pour « HUNGRY HEART » c’est de la folie furieuse, le public assure les vocaux, et comme durant tous les concerts du BOSS chante le premier couplet.

rs-219218-GettyImages-181507753

Et BRUCE se mêle au public tout en chantant, se fait soulever, et est promener, allongé sur le dos par des fans en pleine euphorie, c’est de la folie!!!

Par Ronan le doeuff. Merci !

Et le Rock’n’Roll continue de plus bel avec « OUT IN THE STREET »  chanté par une grande partie de la salle, puis  « CRUSH ON YOU » et « YOU CAN LOOK ». Un grand moment arrive ensuite, durant « I WANNA MARRY YOU », BRUCE voit dans la foule des premiers rangs un morceau de drap où est écrit

« Maries nous sur scène ce soir »,

il le prend, le montre au public, et fait monter sur scène, un mec et sa nana. La foule hurle, le type se met à genoux, sort un écrin de sa poche, BRUCE lui tend son micro, et le gars demande à la fille si elle veut bien l’épouser, elle dit oui, se jettent dans les bras l’un de l’autre, tandis que BRUCE se servant de son micro, les bénit en disant «  « In the name of rock’n’roll, I declare you husband and wife » Je ne vous raconte pas l’état du public, ni le « E STREET BAND » qui applaudit tout en jouant, et continue tout naturellement « I WANNA MARRY YOU », encore un magnifique moment de magie entre l’artiste et son public.

505767904

De nouveau immense moment d’émotion avec une version sobre dépouillée, plus belle que sur l’album de « THE RIVER » la foule hurle et chante la chanson en coeur avec BRUCE, c’est magnifique, il est parfois très difficile, voir impossible de mettre des mots sur des ressentis, des émotions, c’est ce qui arrive avec « THE RIVER » Immense… Une nouvelle introduction au piano de ROY BITTAN pour la chanson suivante, éclairé de deux projecteurs, un rouge, un bleu, magnifique évidence du génie de BITTAN, rejoint par STEVE VAN ZANDT et sa Gretsch noire, tout en retenu, en arpèges, l’ensemble est vraiment merveilleux et BRUCE entame « POINT BLANK », re-larmes, re-frissons, et encore les yeux qui piquent… Quelle merveilleuse version de ce splendide morceau.

Un grand merci à « Sofarawayfromparis » pour ses splendides vidéos en noir & blanc !!!

L’introduction de « CADILLAC RANCH » est saluée par une vague de hurlements, fabuleux Rock, prenant toute son ampleur sur scène, avec ses soli de guitares et de violon, la foule chante à s’en faire péter les cordes vocales, et c’est pas terminé puisque le groupe enchaîne sur « I’M A ROCKER », on monte d’un degré dans la folie que ce soit sur scène comme dans le public, MAX martèle sa batterie sans s’arrêter, un vrai coeur qui bat au rythme de l’amour d’un groupe pour sa musique et pour son public. « FADE AWAY » apporte un peu de douceur et de tendresse. « STOLEN CAR » est grandissime également, tout en retenue encore une fois, le « E STREET BAND » est fabuleux et JACK CLEMONS assure les parties de saxophone de son oncle avec beaucoup de brio!

635932524500692066-Bruce-Springsteen-7

 On monte d’un cran dans la folie que ce soit sur scène comme dans le public « RAMROD », le groupe fait durer le morceau pour le plus grand plaisir de l’Arena.

« THE PRICE YOU PAY » prend la suite, nous sommes tous aux Anges, c’est énorme ce qui ce passe ce soir. Suit la très belle ballade « DRIVE ALL NIGHT » longue complainte mélancolique d’une certaine Amérique, bien éloignée du « Rêve Américain ».

Et hélas, on se rapproche de la fin de l’album « THE RIVER », il ne reste que le magnifique et mélancolique « WRECK ON THE HIGHWAY ».

BRUCE

Il y a une véritable osmose, une communion entre BRUCE SPRINGSTEEN et son public, c’est pour cela que j’ai toujours comparé ses concerts à une grande Messe, on y vient en quelque sorte pour y laver son âme, en communiant avec le Maître de Cérémonie, mais aussi entre communiants, il existe un lien quasiment sacré entre les fans du BOSS, comme pour Magma. On est dans une énorme bulle de bonheur, de joie, mais également de questionnement, de sensibilité, pas vraiment de tristesse, mais plus tôt de compassion. Si Motörhead s’adresse plus à notre cerveau reptilien, BRUCE, de son côté envoie ses ondes vers le côté plus « humain » au sens propre du terme, et ses ondes sont toujours positives, même dans ses chansons mélancoliques.

7784098184_bruce-springsteen-a-joue-l-integralite-de-the-river-le-13-juillet-a-paris

Cela fait déjà 2 heures 10 que BRUCE et le groupe sont sur scène, « THE RIVER » est terminé, que va-t’il se passer maintenant, et bien le groupe fait chavirer la salle avec un puissant « BADLANDS » je crie tellement que j’ai mal à la gorge, et je ne dois pas être le seul. Un merveilleux cadeau ensuite avec une splendide version de « THE PROMISED LAND » et un public toujours en voix. Autre cadeau inattendu, « GROWING UP », on retourne loin dans le passé, 1975, et mon Dieu que c’est bon, quel beau morceau. Aux premières notes de « BECAUSE THE NIGHT », c’est de nouveau du délire, ce titre offert en son temps à Patti Smith, est fabuleux, et permet à l’immense NILS LOFGREN

505767992

de se prendre un chorus hallucinant, qu’il termine en tournant sur lui même tel un « derviche tourneur », NILS est vraiment un des plus grands guitaristes du Monde, un peu trop mésestimé, dommage!!! Il suffit d’écouter ses anciens disques….

Par Benjamin Tourdes. Merci!

La foule se calme quand on entend les premières mesures de « THE RISING », magnifique, le public chantonne la fin du morceau. One, Two, Three, Four, MAX frappe sa caisse claire  accompagné de la guitare du BOSS, l’Arena est entièrement allumée, le public est debout ou saute en l’air « BORN IN THE USA », je ne vous raconte pas la folie dans la salle, les chants du public, c’est inimaginable, il faut le voir une fois dans sa vie,

DENVER, CO - NOVEMER 19: Max Weinberg performing with 'Bruce Springsteen and the E Street Band' at The Pepsi Center in Denver, Colorado on November 19, 2012. (Photo by Larry Hulst/Michael Ochs Archives/Getty Images)

(Photo by Larry Hulst

et le pire c’est que c’est enchaîné par « BORN TO RUN », la folie continue de plus belle, indescriptible, et ça repart sans interruption avec l’immense succès « DANCING IN THE DARK » toute la salle est debout et danse, trois personnes montent sur scène pour la danse une pour SOOZIE, une pour JACK, et une petite fille pour BRUCE, le groupe étire en longueur pour le faire durer, et un mec monte sur scène embrasser BRUCE, faire un selfie et redescend…De nouveau une très bonne surprise avec le titre de 1975 « TENTH AVENUE FREEZE OUT » où sur les écrans géants passent des photos de DANNY FEDERICI et surtout du BIG MAN CLARENCE CLEMONS.

bruce-springsteen-river-tour-chicago

BRUCE profite de ce morceau pour présenter les musiciens du « E STREET BAND ». Chapeau les mecs, vous êtes comme le bon vin, vous vous bonifiez avec le temps. Quand BRUCE en arrive aux paroles « …When The BIG MAN joins the Band » l’Arena pousse un hurlement de folie, de joie, de tristesse, tandis que JACK reprend la mélodie du saxophone sous les regards de son oncle CLARENCE.

people-clarence-clemons-stjpg-de6da7ce8c2bad9e

Encore une fois, un grand moment d’émotion. Habituellement, vers la fin du concert, un jeu s’établissait entre le BIG MAN et BRUCE, du style je sais que t’es crevé mec, mais tu dois encore en faire une, allez, une dernière…

STspringsteen0201061454161987

Maintenant c’est avec  STEVE que le petit jeu se passe, BRUCE est à genoux exténué, et STEVE part en coulisses pour revenir avec une énorme éponge gorgée d’eau, qu’il essore sur la tête de BRUCE, et hop, ça repart pour un morceau des Isley Brothers   « SHOUT », un Rock’n’Roll endiablé qui fait danser toute l’Arena, avec de fausses fins, et des reprises, pour le bonheur de tous.

edfeefef

Fin, chacun pose son instruments, ou se lève de son tabouret pour le salut final de BRUCE et du fabuleux « E STREET BAND », le public est debout et se casse la voix à hurler, crier, chanter. C’est une fête joyeuse, païenne, tout le monde est heureux, puis les lumières s’éteignent, et BRUCE réapparait avec une guitare acoustique et son harmonica accroché autour du coup, il revient pour nous offrir un dernier cadeau, magnifique version en ballade acoustique de l’immortel et intemporel « THUNDER ROAD » encore une fois accompagné par ses fans, la version est belle à pleurer, splendide.

Version du lundi 11/07 par Gnac 17

Concerts-de-Bruce-Springsteen-a-Paris-la-billetterie-ouvre-ce-mardi-a-10-h_image_article_large

Il me faudrait de nouveaux adjectifs. « Au revoir, Paris je vous aime, le E Street vous aime »… Il est 23 heures 10, le concert est terminé après 3 heures 30 bien remplies, sans aucun temps mort, sans repos, la pédale à fond sur l’accélérateur, avec un BRUCE qui se ballade dans son public, qui donne, et se donne comme ce n’est pas permis. Ce soir nous étions au Paradis, nous en avons eu une vision. Bien loin de toutes les merdes, des vicissitudes de la vie.

5575259_11-1-1996788645

On a oublié, dans quel monde de fous nous vivions. BRUCE, c’est un peu le grand frère que l’on aimerait avoir, l’amour et la bonté se lisent sur son visage…Alors à quand un nouveau concert en France BRUCE, quand… Vite, s’il te plait, VITE !!!! Tu me manques déjà !!!

Best of de 15 minutes par dvddubbingguy. Merci !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.