RICHARD DONNER :  » L’ARME FATALE » 1987

18657263

Voilà un film que l’on peut traiter de « Culte », un film que j’aime énormément, et qui a lancé la mode de ce que les américains appellent le « Buddy Movie » (le film de potes). Prenez deux personnages que tout oppose, physique, caractère, placez les ensemble dans un film, et si la mayonnaise prend bien, vous obtenez un résultat détonnant. Et bien c’est justement ce qu’ont fait le réalisateur RICHARD DONNER et le scénariste SHANE BLAKE.

74079230

Un acteur blanc, jeune, ancien des Forces Armées, tireur d’élite, karatéka émérite, mais quelque peu suicidaire depuis la mort de sa jeune femme… Un acteur noir, marié, père de famille, trois enfants, heureux de sa vie, qui fête ses cinquante ans au début du film, n’attendant que la retraite pour se retrouver au calme, loin de la folie de la ville et de son boulot. MEL GIBSON et DANNY GLOVER interprètent respectivement les deux personnages de Martin Riggs et Roger Murtaugh.

arme-fatale

D’autres films américains avaient essayé ce style de combinaison, comme « 48 Heures » avec Nick Nolte et Eddy Murphy, mais aucun n’a jamais connu le même succès, ni la qualité de « FATAL WEAPON » « L’ARME FATALE ».  Au départ, ce film policier est très sérieux, et beaucoup plus sombre que les trois suites qui lui ont été données. La psychologie des deux personnages est particulièrement bien travaillée, surtout sur le personnage de MEL GIBSON, dépressif et suicidaire.

mel

Malgré tout quelques pointes d’humour apparaissent comme pour contre carrer la violences de l’action, humour qui ira en grandissant tout au long des suites de la saga. Dans ce premier film, l’humour est parfaitement dosé, ni trop, ni trop peu, pour le reste, on ne nous épargne rien, violences, tentative de suicide, scènes de torture réalistes, combat à mains nues, on est donc vraiment au sein d’un polar noir et violent. La relation entre les deux hommes, est magnifiquement traité par SHANE BLAKE, l’un vit dans une belle maison, l’autre dans une sordide caravane avec son chien.

notre-film-culte-du-dimanche-l-arme-fatale-de-richard-donner

Elle est difficile au début, mais de partenaire, ils deviendront amis,  puis naîtra une relation quasi filiale. DANNY GLOVER et MEL GIBSON sont fabuleux dans leur interprétation respective, policiers au sein d’une enquête complexe, qui nous amène de vrais moments de suspens. Dialogues savoureux, personnages consistants, sublime réalisation, magnifique musique de MICHAEL KAMEN, ERIC CLAPTON et DAVID SANBORN, tout est fait pour faire de « L’ARME FATALE » une vraie réussite.

l_arme_fatale

« Los Angeles dans les années quatre vingt, deux excellents policiers, Martin Riggs, jeune flic sur le fil du rasoir, suicidaire depuis le décès de sa femme et Roger Murtaugh, plus tôt pépère, cinquante ans, père d’une grande et belle famille, belle maison, un bateau, deux hommes que leur caractère oppose, doivent enquêter sur la mort de la fille d’un de ses anciens amis, compagnon d’arme au Viet-Nam. Les ennuis commencent rapidement, les deux policiers vont devoir s’apprivoiser l’un l’autre et joindre leur force, quand la fille de Murtaugh est kidnappée par d’anciens agents des forces spéciales, devenus trafiquants de drogue, ne reculant devant rien pour arriver à leur fin ».

arme-fatale-1987-11-g

Les autres acteurs ne sont pas en reste, le casting mérite un 20 sur 20.

arme-fatale-1-4

general

Ce film ne serait il pas le premier « Blockbuster » de l’ère moderne? Un réalisateur au sommet de son art, RICHARD DONNER, MEL GIBSON révélé par Mad Max, y joue là son meilleur rôle, avec une conviction extraordinaire, sans oublier la prestation de DANNY GLOVER absolument magnifique. Les deux se complètent à merveille, et chacun évolue par rapport à l’autre tout au long du film. « L’ARME FATALE » donne naissance au duo le plus fameux de l’histoire du cinéma.

mel-gibson-l-arme-fatale

A sa sortie, le succès est mondial, il engendre plus de 120 millions de dollars de recette. Il faut tout de même savoir qu’au départ, RICHARD DONNER avait tourné une fin différente, Riggs et Muttaugh se séparaient et partaient chacun de son côté, Murtaugh décidait de prendre sa retraite. Mais sous les insistances des studios, il change sa fin, pour une autre, plus ouverte à une éventuelle suite. Le réalisateur installe le film dès les premières images, avec la présentation du futur duo, la solitude, la tristesse, le désespoir, le comportement suicidaire de Riggs qui se réveille dans sa caravane, nu, un mégot aux lèvres, bière à la main,

18908784_jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx

comportement totalement gommé dans les suites, alors que Murtaugh est dans son bain et toute sa famille entre dans la salle de bains pour lui offrir son cadeau de cinquantième anniversaire, famille, joie, plaisir. La différence est plus que gigantesque… avec les célèbres répliques de Murtaugh  « J’ai passé l’âge de ces conneries »«  Tu cherches ton pote le général hein ? Hé ben il fait un méchoui avec ses couilles sur Hollywood Boulevard. «   B7R5K5 L arme fatale Lethal Weapon Annee 1987 usa Mel Gibson Realisateur Richard Donner Et la force des deux héros n’en est que plus vraie que leurs ennemis sont implacables et cruels, Mr Joshua et le Général McAllister. Les scènes de bravoures sont nombreuses et donnent au film toute son aura de classique du genre. On est pas près d’oublier le combat final entre Riggs et Mr Joshua, sous une pluie diluvienne… fa_image_00018892 SHANE BLAKE et RICHARD DONNER ont donné naissance à deux héros diamétralement opposés, mais qui se complètent comme le Yin et le Yang. THE TOY, director Richard Donner, 1982, (c) Columbia « L’ARME FATALE » apparait sur les écrans le 5 août 1987, et ne quittera plus le coeur des spectateurs, il reste encore aujourd’hui, presque trente ans plus tard, comme un modèle du genre souvent imité, mais jamais surpassé, ni même égalé!!!  

arme-fatale-1987-01-g

***

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.