SÉRIE TV : « THE SHIELD ». 2002-2008

The-Shield-complete-poster

Sa gueule est de celles que l’on oublie pas. Des yeux bleus très clair, qui vous transpercent, des expressions du visage allant de la plus méchante à la plus adorable, le crane rasé, une carrure de lutteur MICHAEL CHIKLIS a marqué à tout jamais l’histoire de la télévision, et des séries policières !!!

TEXT: Detective Vic Mackey (Michael Chiklis) CHANNEL: AXN TITLE: The Shield YEAR: 2002 DIRECTOR: CAST: Michael Chiklis, Benito Martinez, CCH Pounder, Catherine Dent, Walton Goggins, Michael Jace GENRE: Crime COUNTRY: USA

C’est lui qui incarne « La Chose » dans les deux premiers volets des « Quatre Fantastiques » d’après les Comics Marvel. On le retrouve quelques années plus tard dans la série « Gotham ». Mais nous sommes en 2002, et la chaîne cablée FX diffuse une nouvelle série créée par SHAWN RYAN, « THE SHIELD ».

5399186-cover

L’histoire de VIC MACKEY, inspecteur de Police de Los Angeles, dans le quartier imaginaire de Farmington, quartier malfamé, hyper violent, où les différents gangs tiennent le haut du pavé avec force brutalité et sauvagerie.

5399186-cover

VIC dirige la « Strike Team », la brigade de choc du « bercail », nom donné au commissariat qui se trouve être une ancienne église.  Avec lui dans la Strike Team, trois autres inspecteurs, SHANE VENDRELL interprété par WALTON GOGGINS, CURTIS « LEM » LEMANSKY (KENNETH JOHNSON)

14549Walton_Goggins_eth_Johnson

et l’inspecteur RONALD « RONNIE » GARDOCKI (DAVID REES SNELL).

THE SHIELD: Episode 1: Coefficient of Drag. David Rees Snell as Detective Ronnie Gardocki on THE SHIELD season premiere airing Tuesday Sep. 2 (10 PM ET/PT) on FX. CR: Prashant Gupta / FX

La Strike Team, à force d’être sur le fil du rasoir, entre justice et corruption, usant de procédés très douteux pour combattre le crime, n’hésitant pas à user de brutalité et de chantage, se retrouve souvent dans des positions aussi folles et radicales que ceux qu’ils poursuivent.

920x920

Par contre, la Team a pour elle les meilleurs taux de succès de tout Los Angeles. Revers de la médaille, leurs supérieurs successifs les soupçonnent de corruption, et essaient par tous les moyens de les faire tomber.

efeefee

Les hauts dirigeants veulent la tête de VIC. Et même si souvent, les coéquipiers de VIC ne sont pas en parfait accord avec ses décisions, ils le suivent les yeux fermés. Chacun veille sur l’autre, ils forment une vraie famille.

THE SHIELD: Episode 7: "Bitches Brew" airing Tuesday, Oct. 14 (9:00-10:00 PM ET/PT) on FX. Pictured: Michael Chicklis. CR: Prashant Gupta / FX.

VIC est marié et a trois enfants, ses relations avec sa femme semblent de plus en plus conflictuelles, ce qui vient ajouter du stress au personnage. Si ce fait est une espèce de fil rouge dans la série, on s’intéresse aussi à d’autres membres du « bercail ». L’agent JULIEN LOWE (MICHAEL JACE)

Michael-Jace-aurait-tue-sa-femme-devant-ses-enfants

un jeune policier noir, qui lutte contre son homosexualité par sa foi en Dieu, le capitaine, puis conseiller Municipal DAVID ACEVEDA (BENITO MARTINEZ),

benito_martinez_image_the_shield__1_

futur politicien, ambitieux, l’inspecteur, puis capitaine CLAUDETTE WYMS, magnifiquement joué par CCH POUNDER,

104418_32C_2_019A CCH Pounder Photo: Michael Ockenfels

Photo: Michael Ockenfels

son coéquipier l’inspecteur HOLLAND « DUTCH » WAGENBACH, (JAY KARNES)

sans-titre-1

 et pour terminer sur les rôles principaux, le sergent DANIELLE « DANNY » SOFER (CATHERINE DENT).

kikikikik

Quand la série commence, le capitaine ACEVEDA demande à VIC d’incorporer dans sa « Strike Team » un nouveau membre, l’inspecteur Terry Crowley, une taupe aux ordres de la hiérarchie, chargé d’accumuler suffisamment de preuves contre lui pour le faire tomber…

THE SHIELD: L-R: Walton Goggins, Michael Chiklis, David Rees Snell and Alex Laughlin. CR: Prashant Gupta / FX

THE SHIELD s’inspire en fin de compte d’un fait divers réel qui s’est déroulé à la fin des années quatre vingt dix, le scandale Rampart, une corruption généralisée du C.R.A.S.H., unité anti-gang de la police de Los Angeles de la division Rampart, où plus de soixante dix agents de police ont été impliqués, et qui reste l’un des cas les plus importants de corruption policière dans l’histoire des Etats-Unis.

Shield_The_0304_1

VIC MACKEY c’est le bon flic, et le ripoux en un même personnage. C’est Jean Valjean et Javert, c’est le blanc et le noir. Pas de demie teinte, pas de nuances. Dès le premier épisode de la première saison,

6ecdbcPoLojEPwPX1xSfNGSbYOR

on met les pieds dans le plat. L’histoire débute tout de suite, et on est dedans. Le passé des personnages, on le comprend dans leurs actions présentes.

theshieldfx

C’est la qualité de l’écriture, des acteurs, et une caméra à l’épaule, hyper mobile, dans un style documentaire qui nous plonge dans la vie des personnages, et qui nous les rendent sympathiques ou foncièrement malsains. On vogue en pleine ambiguïté, par moments on adore VIC et la strike team, et à d’autres moments elle nous est insupportable.

011-the-shield-theredlist

Ce sont de vrais anti-héros, un pied du côté de la loi, un pied plongeant dans la corruption, le crime, le vol, le sordide, ils n’en demeurent pas moins attachants, même si au fil des saisons, on peut aimer un personnage que l’on détestait, et vice et versa.

42_910004

Durant sept saisons, on en prend plein la gueule, décoiffé par la violences des actes des uns et des autres, la Strike Team comprise. Cerise sur le gâteau, durant une saison, on a le bonheur de voir apparaître GLEN CLOSE, dans le rôle de nouveau capitaine du « bercail ».

TheShield-116950564

Et on peut dire que ça lui va comme un gant. Ensuite c’est FORREST WHITAKER que l’on retrouve en agent

Forest_Whitaker_Cannes_2013_2

spécial du FBI, obnubilé, acharné jusqu’à l’outrance par l’arrestation de VIC. Encore une fois, la qualité de l’écriture, le jeu des acteurs, la manière de filmer, font de THE SHIELD une série coup de poing inoubliable.

The-Shield-2002

À l’image de la dernière scène de l’ultime saison, ( la plus noire de toutes), sans musique, sans aucune parole, où le déchirement intérieur du personnage est rendu d’une manière extraordinaire, grâce à un jeu de visage, d’expressions, digne des plus grands noms d’Hollywood.

1

Oui THE SHIELD est entré dans la légende télévisuelle!

The-shield-TV-Show

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.