LEE CLAYTON : « NAKED CHILD » 1979.

     LEE CLAYTON2

Dans la grande histoire de la Rockmusic combien existe t’il de perles, peu, voir, pas connues ? Enormément. Des galettes peu distribuées en France, où qui l’ont été juste au moment de leur sortie, et si par malheur vous étiez passé à côté à ce moment là, la chose se compliquait. Bien sur il restait les média. A l’époque ils étaient peu nombreux, Best, Extra, Rock et Folk et quelques autres. Encore fallait-il que quelqu’un se penche sur le disque, en parle ou bien en fasse la chronique. Ce qui n’était pas gagné… Dans les années 70, j’avais la chance d’avoir mes entrées à la Fnac et chez Gibert Jeune à Paris. A cette époque bénie c’était bien utile pour se tenir informé des nouveaux disques 33 tours qui sortaient… Et c’est ainsi que j’ai découvert le jour de sa sortie en France  «NAKED CHILD »de LEE CLAYTON, en 1979. LEE CLAYTON

était un parfait inconnu pour moi. Je n’en avais jamais entendu parlé. Sauf peut-être une fois (sans y avoir prêté vraiment attention) par mon ami Guy l’Américain, silhouette bien connue des amateurs de rock US , chanteur de rock et de Blues Rock, vendeur de disques chez Copa Music aux Puces de Saint Ouen, encyclopédie vivante de la musique américaine,  videur dans des boîtes, animateur radio, j’en passe et des meilleurs, que la bienséance m’empêche de parler ici. Certains comprendront…. Ah, les soirées avec Guy l’Américain….Plus qu’inoubliables… Mais excusez-moi, je dérape de mon sujet!

Une pochette de disque noire avec en son milieu une silhouette nue en contre-jour, dont on ne distingue pas les traits, tenant dans une main une bouteille qui semble être du champagne, et dans l’autre main deux verres. La silhouette se tient à l’entrée d’une porte ouverte sur une petite partie de ce qui semble être un couloir. Au-dessus un nom : LEE CLAYTON, en dessous de la photo un titre NAKED CHILD. En bas à gauche le nom du label Capitol. Sur la pochette intérieure une photos d’un berger allemand , et les mots ELVIS FIREWOLF. De l’autre côté, les paroles des morceaux, et là, on s’aperçoit que paroles et musiques sont composées par monsieur LEE CLAYTON. LEE CLAYTON (né Bill Schatz), est né le 29 octobre 1942 à Russelville en Alabama. Son père grand fan de country music, l’encourage très tôt à faire de la musique. A 7 ans il apprend la guitare et l’harmonica. A 9 ans il reçoit sa première steel guitare, et prend des cours pour s’améliorer. Il a 10 ans quand il joue pour un petit concert radiophonique, le «Saturday Night Radio Show »durant lequel il joue «Still Guitar Rag »de Leon McAuliffe. Après ce moment de gloire il prend un break de plusieurs années avec sa guitare. A 16 ans il continue la guitare, et juste avant de recevoir son diplôme de collège, il se marrie, abandonne de nouveau la guitare pour un emploi stable. Mais il sent rapidement que cette vie l’ennuie, et qu’il est temps de se remettre en question. Il prend des leçons de pilotage aérien. En 1965, il divorce et rejoint US Air Force en tant que pilote stagiaire. Mais après 3 ans, il lui semble qu’il est temps pour lui de redevenir musiciens. Il compose de nombreuses chansons, et traîne à Nashville (Tennesse). En septembre 1969 il devient musicien professionnel, mais d’après ses propres dires c’est en 1972 qu’il prend goût au succès quand Waylon Jennings enregistre une de ses chansons «Ladies Love Outlaws », et se retrouve numéro 11 dans le Billboard. Du coup LEE sort son premier album en 1973 «LEE CLAYTON ». Si le succès n’est pas vraiment au rendez-vous, les critiques sont excellentes, la presse musicales américaines est unanime. En 1975, il s’installe loin du monde en Californie, à Johsua  Springs. Là il a tout le temps de composer et d’écrire pour d’autres que lui, Waylon Jennings, Tom Rush, Willie Nelson, Jerry Jeff Walker… En 1976, il revient dans le Tennesse et prépare son second album, qui sortira chez Capitol qui lui fera d’ailleurs un nouveau contrat en 1977. l’album s’intitule «BORDER AFFAIR », acclamé par la critique, le succès est largement supérieur à celui du premier opus. Mais il faudra attendre le troisième album pour que le succès soit total. 1979, «NAKED CHILD ».

Tout y est parfait, mesuré, équilibré en un mot BEAU. Le succès du disque lui permet d’entamer sa première tournée mondiale.Sa voix pourrait être un mix de Dylan en moins nasillard, de JJ Cale, de Springsteen de Neil Young et de Leonard Cohen. Mais c’est surtout la guitare de Philip Donnelly qui fait des merveilles sur les premiers morceaux, nous offrant des chorus d’une beauté hors du temps. Du Rock, au mid-tempo rock, du blues en passant par la ballade, il n’y a rien à jeter dans ce sublime, et je pèse mes mots sublime album. Les titres s’enchainent comme autant de perles, SATURDAY NIGHT SPECIAL ( Ah. tonight I could wrestle the devil/cause I know i could’nt lose/But I rather find me a fallen angel lord/to help me with some low down blues),

 

et 10 000 YEARS/SEXUAL MOON

et ses guitares en fusion, WIND AND RAIN,

I LOVE YOU ( well I don’t really know if i can open up/enough to sing this song/for you know how hard i try to hide myself/i know that’s wrong/but you don’t know the first thing/about the pain of not having you/let me try to say in my simple words/how much i love you-i love you)

JADED VIRGIN,

A LITTLE COCAINE

et IF I CAN DO IT  (SO CAN YOU).

Des poèmes mis en musique avec force émotion, des sentiments à fleur de peau, des pages de vie simples sombres et vraies, des moments de solitude à en perdre son âme. Tout est présent dans ce disque. 35 ans après l’avoir acheté le bonheur de l’écouter est toujours aussi fort. Alors bien sur LEE CLAYTON n’a jamais atteint la gloire, ni la notoriété des artistes pour lesquels il a composé des chansons, mais sa musique est vraie. NAKED CHILD pourrait être l’autre versant d’un  « Darkness On The Edge Of Town » de Springsteen. Même force des mots et des musiques. Même espoir, même désespoir. Même anges même démons.  Alors oui, pour tout cela NAKED CHILD est un putain de grand album, ne passez pas à côté. Grace au net vous pouvez écouter de nombreux morceaux de LEE CLAYTON dont certains de cet album. Essayez, je ne pense pas que vous le regretterez.  Foi de Papy

 En 1990, Bono, le chanteur de U2 écrivait: «le seul chanteur de country qui m’ai influencé est un magnifique inconnu du nom de LEE CLAYTON »…….

4 thoughts on “LEE CLAYTON : « NAKED CHILD » 1979.

  1. Tanguy dit :

    Merveilleux album qui me rappelle tant de souvenirs MercI mon Papy pour toutes ces découvertes
    Bisous
    Titine

  2. Tanguy dit :

    Merci de m avoir fait découvrir ce fabuleux album
    Tant de souvenirs cette année 79 !!!
    Bisous
    Titine

  3. gilles montoir dit :

    Je possède cet album, et je suis à chaque fois étonné de l’impact qu’il produit sur mes invités. Nul ne le connait et tous restent abasourdis (astonished me disais un de mes amis anglais) par la perfection de l’ensemble.

  4. latimer dit :

    bonsoir grand souvenir l écoute de se disque ( 1979) m avais tellement secoué que j avais les larmes aux yeux, c est bien sur le meilleur album de lee clayton mais les autres sont de haut niveaux robert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.