PETER YATES : « BULLITT ». 1968

Une fois encore, je vais vous parler d’un film mythique. D’un film qui a laissé une empreinte éternelle et inaltérable dans le cerveau de millions de personnes, spectateurs ou téléspectateurs.

D’ailleurs, en 2007, le film est choisi par le National Film Registry, pour être conservé à la Bibliothèque du Congrès Americain, pour son « importance culturelle, historique ou esthétique ». 

C’est en 1968, que sort ce film de PETER YATES, adapté du roman « Mute Witness » de Robert L. Fish, produit par PHILIP D’ANTONI, film policier, avec STEVE McQUEEN, également co-producteur, ROBERT VAUGHAN,

et la splendide JAQUELINE BISSET.

Mise en musique par le grand LALO SCHIFFRIN.

 En plus, il me semble important de nommer une actrice des plus remarquable de ce long métrage, magnifique dans sa robe verte métallisée, « Highland Green » et à la voix merveilleuse et forte : la Ford Mustang Fastback GT.

Voiture emblématique des Etats- Unis, qui donna des envies de conduire à de très nombreuses personnes à travers le monde. STEVE McQUEEN est alors une star adulée dans le monde entier, acteur mais également pilote de course des plus doué.

Le style nonchalant, impassible qu’il donne à son personnage en fait quelqu’un de cool et sympathique dans la lignée des Bogart. Beaucoup de classe, sex-appeal des années 60,

il devient pour le film, le lieutenant Bullitt, rattaché au Département de la Police de San Francisco. « Le lieutenant de Police Frank Bullitt est chargé par un homme politique ambitieux et influent, Walter Chalmers 

de protéger un gangster Johnny Ross, dont le témoignage est vital dans un procès. Malgré toutes les précautions prises par Bullitt et ses hommes, Ross grièvement blessé dans une chambre d’hôtel décède sur son lit d’hôpital. Relevé de sa mission, Bullitt décide de retrouver les assassins ».

Le style du film, hyper réaliste, tourné en décor naturel, le personnage de STEVE McQUEEN, des médecins et policiers jouant leur propre rôle, influenceront de nombreux réalisateurs de films et de séries dans les années qui suivront.

Quant à la poursuite de voitures dans les rues pentues de San Francisco, elle s’imprimera sur la rétine de plusieurs générations, et deviendra une des scènes les plus influentes de toute l’histoire du Cinéma.

 Le film coûta 4,5 millions de dollars, et engrangea dès sa sortie 19 millions. Le monteur FRANK P. KELLER  remporta l’Oscar du Meilleur Montage pour l’année 1969.

(Collection Christophel)

Sur les douze semaines de tournage, trois furent consacrées à la célèbre course poursuite. À la différence de nombreux film, la poursuite n’est pas filmée en accéléré par PETER YATES, qui donne ainsi dans un hyper réalisme des plus jouissif.

Si les voitures vont vite c’est qu’elles sont conduites à très vive allure. Pour McQUEEN, fou de sport automobile, c’est un plaisir, et il souhaite réaliser lui-même toutes les cascades,

mais il se heurte à un refus catégorique des compagnies d’assurance. Pour plus de tranquillité, elles demandent même à ce que la poursuite soit réalisée à la fin du film, quand tout le reste est déjà dans la boite

et que McQUEEN soit remplacé par un autre pilote, Bud Ekins, pour des scènes jugées trop dangereuses… Les deux voitures de la course poursuite, la Ford Mustang Fastback GT V8 de McQUEEN, et la Dodge Charger Magnum V8 R/T

des assassins traversent San Francisco et sa banlieue entre 120 et 180 kms heure pour le réalisme du film. Les voitures apparaissent au début de chaque nouveau plan et en disparaissent à la fin, comme pour créer un effet de surprise permanent.

Tout d’abord STEVE McQUEEN  rentre dans sa Ford, et aperçoit une voiture garée plus loin avec deux hommes à l’intérieur, il met sa ceinture de sécurité sans quitter la voiture des yeux.

Met ensuite le moteur en route, et commence à rouler, s’apercevant tout de suite que la voiture noire le suit. On entend la musique de LALO SCHIFRIN rythmer ce début de filature dans les rues de San Francisco. À un moment les poursuivants perdent la trace de la Mustang,

qui en fin de compte se retrouve derrière eux. Ils ne sont plus les poursuivants, mais les poursuivis… McQUEEN enclenche une vitesse, et part en trombe, c’est le début de la course poursuite.

Là, plus aucune musique, mais le chant des deux voitures qui rugissent, et des pneux qui crissent sur le bitume. Deux chants bien différents, rauque et bas pour la Dodge, rond et puissant pour la Mustang.

McQUEEN voulait être certain que ses fans se rendent compte que c’était bien lui qui conduisait, aussi demanda t’il que les vitres de la Mustang soient baissées, afin que l’on puisse mieux le reconnaitre. Quand ces dernières sont fermées, c’est Bud Ekins qui conduit.

La tension de la scène est extrêmement forte, sans aucune parole échangée, le bruit étourdissant des moteurs résonne en nous comme des cœurs qui cognent à cent à l’heure. L’intégralité de la poursuite dure à l’écran un peu plus de dix minutes,

on aurait souhaité qu’elle dure un peu plus. Pour le tournage, le Maire de San Francisco, Joseph L. Alioto donna son aval, et installa des policiers pour barrer les routes, et sécuriser les lieux de tournage.

On peut noter que quelques erreurs parsèment la poursuite, comme le nombre d’enjoliveurs que perd la Dodge tout au long de celle-ci. STEVE McQUEEN, en tant que producteur, et sachant qu’il allait pour le film conduire une Mustang,

 avait demandé à Ford un geste amical, un soutien financier. Les dirigeants de Ford ayant refusé, McQUEEN pour montrer son mécontentement, décida de faire retirer le logo du cheval au galop,

caractéristique de la Mustang, c’est pourquoi le logo n’apparait pas sur la voiture du lieutenant Bullitt. Le film déclencha une vague d’amour énorme pour cette fabuleuse voiture, pour sa voix si extraordinaire.

Nous fument très nombreux à en rêver. Vu le succès de « BULLITT », de son statut de mythe cinématographique et de ce qu’il engendra de passion pour la Mustang,

Ford décida pour les cinquante ans du film, de sortir une Mustang GT 2018, de la même couleur ‘Highland Green »,

et baptisée Mustang Fastback Bullitt GT. Et curieusement, sur cette nouvelle série, le logo du cheval a disparu !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.