DAN FOGELBERG, album Windows & Walls, morceau : TUCSON, ARIZONA (Gazette) 1984

Bien souvent dans un album que vous achetez, tout ne vous plaît pas autant. Certains titres vous font tilt, et d’autres vous « emmerde ». Ou vous pouvez avoir également plusieurs morceaux que vous appréciez. C’est ce qu’il m’est arrivé pour cet album de 1984, j’aime quelques titres, mais par contre je suis tombé fou amoureux d’un morceau, morceau que m’avait conseillé mon ami Guy l’américain, je vous ai déjà parlé de lui.

grande

Vous ne pouvez imaginer le nombre d’albums que j’ai acheté uniquement pour un morceau. Mais Guy connaissait bien mes goûts, j’y allais les yeux fermés. Surtout que je connaissais DAN FOGELBERG depuis 1979, et l’album Phoenix. Ce fameux morceau s’intitule donc « TUCSON ARIZONA (GAZETTE) ».

DanFogelberg2

DAN FOGELBERG était un très important auteur compositeur américain, il est né le 13 août 1951 à Peoria, dans l’État de l’Illinois, et décédé d’un cancer le 16 décembre 2007 à Deer Isle, dans l’État du Maine, aux Etats-Unis. Inutile de dire qu’en France encore une fois sa mort personne n’en a parlé, normal, c’est la France, et en plus c’est un musicien, un saltimbanque…

DanMacky-1web

En 1984, à l’époque où sort le disque c’est une énorme vedette incontesté et incontestable du folk, de la country et du rock. Aux Etats-Unis, il est aussi connu que les Eagles.  Pour cet album, et pour ce morceau en particulier il est entouré de Russ Kunkel à la batterie et percussions, Mike Hanna au piano, synthetizer, Joe Lala congas, triangle.

danfogelberg

Ce morceaux à mes yeux est une pure merveille, un joyau d’écriture, une page de vie dans tout ce qu’elle a de plus banal, de plus simple et de plus vrai. C’est un texte qu’aurait pu écrire Bruce Springsteen, avec son regard aigu sur les paumés de l’Amérique, ces perdus de la vie, qui quoi qu’il fasse loupent tout. Cette chanson m’a toujours bouleversé, et je la trouve intemporelle. Le genre d’histoires qu’on trouve dans les journaux à la rubriques faits divers ou les choses de la vie… La rencontre d’un paumé sans espoir et d’une fille perdue attiré par le soleil. J’espère que vous aimerez ce morceau. Vous allez pouvoir vous faire une petite idée.

f3591258afb464335645ce965ccaf13d

Tucson, Arizona (Gazette)

Tucson, Arizona rising in the heat like a mirage Tony keeps his Chevy like a virgin locked in his garage He brings it out at midnight and cruises down the empty boulevards And he prowls the darkened alleys that snake between the city’s thirsty yards The lonely desert skies reflect the anger in his eyes and it is dawn

His father died of drinking and left five children sinking with his mom His older brother Bobby never made it back from Viet Nam With high school well behind him he lives at home and works this shitty job And he thinks his ’60 Chevy is the only true amigo that he’s got His heart is filled with sadness and his soul is like some ugly vacant lot

Mary Estelle Hanna came out from Louisiana for the sun A deal gone bad in Dallas left her burned and broke and on the run To make the rent and groceries she takes this job at $3.15 an hour Serving shots of whiskey and tequila in some smoky red-neck bar And she dreams some day she’ll make her way to L.A. and become a movie star

Tony saw her working, he swallowed hard and asked her for a date Mary laughed and answered « I would but every night I’m working late » He said he had some cocaine that she could have if she’d just ride along She said « What the hell, I may as well, I haven’t had no fun in so damn long » He picked her up at closing time they pulled out on the road and they were gone

Tony’s mom got frantic when she found her son had not come home Mary’s roommate panicked and called the sheriff from a public phone They asked her lots of questions She tried her best to tell them what she saw And late that night they found poor Mary lying in some narrow, dusty draw The coroner reported that she hadn’t been deceased for very long

Two weeks on they found it buried to the windshield in the sand There inside lay Tony with a small revolver in his hand The papers simply stated it must have been the drugs that drove him mad The neighbors speculated what could make a good boy go so bad Well, it might have been the desert heat It might have been the home he never had

1795606_10152216011624311_1613091208_n

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.