ZZ TOP : TRES HOMBRES 1973.

L’histoire de ZZ TOP, vous la connaissez déjà. Il y a de cela quelques années, je vous racontais l’histoire de ce fantastique petit trio texan, pour vous parler de leur album « Eliminator », album de la consécration planétaire, due pour beaucoup aux vidéo clips qui passaient à longueur de journée sur MTV. Je vais donc simplement resituer « TRES HOMBRES » dans la carrière du groupe. L’album sort en 1973, et vient après « First Album » 1970, et « Rio Grande Mud » 1972. Le groupe a su combiner le Blues et le Rock pour se forger un style reconnaissable à la première écoute.

Influencé par les grands anciens du Blues, Robert Johnson, John Lee Hooker, B.B. King, le groupe y a mêlé les accents moderne du Rock’n’Roll, son agressivité, son énergie. Et le mélange est explosif !!! Si les deux premiers albums connurent un succès d’estime au niveau national, il n’en est pas de même au Texas et dans les environs. ZZ TOP y est adoré, et devient une attraction locale… « Rio Grande Mud » devient disque d’or quelques temps après sa sortie. Mais il manque au groupe un morceau qui puisse devenir une « locomotive », une image de marque.

Ce sera chose faite dans « TRES HOMBRES », avec l’énorme « LA GRANGE » tube absolu, qui devient instantanément un hymne pour le groupe, et qui, encore aujourd’hui, reste le titre interprété en rappel à la fin de tous les concerts !!! « LA GRANGE »  basé sur un riff de John Lee Hooker  « Boogie Chillen » . « TRES HOMBRES » devient très rapidement disque de platine, et va propulser ZZ TOP sur les scènes nationales et internationales, en en faisant des vedettes. Pour de très nombreux fans, « TRES HOMBRES » est plus que parfait et devient leur meilleur album. Il atteint rapidement le Top Ten, la huitième place du Billboard 200 et se verra classé en 2012 parmi les « 500 plus grands disques de tous les temps » par le magazine « Rolling Stone ».

  « The little Ol’ band from Texas » comme était appelé le groupe à ses débuts, est devenu un géant de l’industrie musicale, et dans le coeur de ses fans à travers le monde. D’ailleurs, la tournée qui suit la sortie de l’album se fait à guichets fermés. Et quelques titres sont enregistrés en vue de la parution d’un album live. Au fil des albums, on sent le groupe monter en puissance. Produit comme les précédents par Bill Ham, le groupe s’octroie l’aide de Robin Brian et Terry Manning pour « Zeppeliniser » leur son… Le contenu de « TRES HOMBRES » demeure un concentré d’efficacité et de continuité dans le style propre à ZZ TOP.

Dix morceaux s’y côtoient pour notre plus grande joie. Le public ne s’y trompe pas, et en juillet 1974, ZZ TOP triomphe au concert du Texas Memorial Stadium d’ Austin, devant 80.000 fans déchainés, partageant la scène avec Bad Company, Joe Cocker et Santana. « LA GRANGE » vient exploser à nos oreilles telle une bombe atomique. Riff imparable, répété inlassablement, il propulse l’album au Panthéon du Rock, et devient instantanément un « Classique » toujours joué quarante sept ans plus tard sur les scènes du monde entier. Introduit par ce riff d’enfer et compléter par la voix trafiquée de BILL GIBBONS qui nous narre l’histoire d’un vieux bordel texan, avant de laisser parler sa six cordes d’une manière diabolique…

Simplicité et efficacité, ce titre est imparable, et fonctionne à chaque écoute, déversant son flot de plaisir tel les rapides d’une rivière sauvage. Malgré tout, il serait injuste de cantonner « TRES HOMBRES » au seul « LA GRANGE ». Le contenu de l’album est impérial et révèle bien des joyaux à mettre au crédit du groupe. La qualité est belle et bien au rendez-vous. Le rock se mélange au blues de la plus belle manière possible, dans un style et avec un son immédiatement reconnaissable. L’album ne contient que des hits en puissance, qui éclateront et éclabousseront leurs auditoires à travers le monde. 

L’enchainement de « WAITING FOR THE BUS »,

« JESUS JUST LEFT CHICAGO » est absolument génial. D’un titre bien rock, tout à fait dans l’esprit du groupe, groovy, bien gras, on passe à un titre plus bluesy,

chaloupé à souhait est absolument génial, débordant de feeling, avec une guitare salvatrice et une production des plus claires. Et que dire du huileux et énorme « BEER DRINKERS & HELL RAISERS » un futur grand classique qui déboule telle une locomotive crachant sa fumée noire vers le ciel. 

ZZ TOP est devenu incontournable, et s’impose de la plus belle des manières comme le digne représentant de la musique texane dans ce qu’elle a de plus excitant !!! Le groupe s’est forgé une identité forte, propre à lui même, identité qui ne le quittera plus, et qui fait de lui un des monstres de la musique rock. « MASTERS OF SPARKS »

sournois,

dansant tel un rattlesnake à la recherche de sa proie.

« HOT, BLUE AND RIGHTEOUS » blues au relent de sueur,

sous une chaleur d’enfer, semble se trainer sur un sable brûlant, à la recherche d’une oasis de fraîcheur. « MOVE ME ON DOWN THE LINE » ressemble à un rock anglais des grandes époques 1960, 70.

Sympa, avec des parfums de Who et des Beatles…Pas primordial mais très frais surtout après le morceau précédent.  « PRECIOUS AND GRACE » est du pur ZZ TOP, un rock blues cadencé, dansant, festif,

comme le groupe en a le secret. Et un chorus de guitare original qui vient après un changement de rythme plutôt bien venu.  Et maintenant  le tant attendu « LA GRANGE »  je vous ai tout dit au début,

classique instantané de ZZ TOP, il continue de ravir les fans en fin de concert. Incontournable, obligatoire pour le groupe. « SHIEK » est le  titre le plus faible du disque,

malgré une belle guitare en chorus.  « HAVE YOU HEARD »

est un blues puissant aux accents de prière adressée au ciel, qui clôture l’album de fort belle manière.

« TRES HOMBRES » est l’album attendu et espéré par les fans, le groupe a franchi un cap, il n’est plus le petit groupe du Texas, mais une énorme machine écrasant tout sur son passage, et pas seulement les États Unis, mais le monde entier. Les trois texans ont créé une musique à leur image, forte, puissante reconnaissable dès les premières notes. « TRES HOMBRES » leur ouvre les portes du Paradis, et à ce jour ils ne sont toujours pas redescendus…

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.